Sign in
Download Opera News App

 

 

‘’Je n’ai pas honte de demander pardon’’, déclarait Guillaume Soro devant les Abbeys

Ces propos, il les tenait déjà en 2014. Plus précisément le 14 Mai 2014. Soit, 3 ans après la fin de la crise postélectorale de 2011. Face aux populations de Grand-Morie dans l'Agneby, l'ancien chef du parlement, Guillaume Soro rappelait l’impératif de la réconciliation. 

En plus de cette exhortation à tourner le dos à la rancœur, l'ex numéro 2 du régime Ivoirien demandait pardon aux populations Abbey, pour des agissements dont il a pu se rendre coupable, et qui ont pu les blesser au cours des 11 années qui avaient précédées son engagement politique, à partir de l’éclatement de la rébellion en Septembre 2002. ‘’Je vous demande de pardonner en toutes circonstances’’, plaidait-t-il auprès de ses hôtes. 

D’ailleurs, soulignait-t-il, ‘’J'ai occupé de grandes responsabilités dans ce pays…J’ai été premier ministre pendant 5 ans. On ne peut pas gouverner sans nuire. Si ma gouvernance a blessé un citoyen je lui demande pardon au nom de la Côte d’ivoire…Je n’ai pas honte de demander pardon''. 7 ans plus tard, celui qui a depuis Février 2019, rompu les amarres d’avec l'actuel chef d’état, demeure dans cette posture. 


Pardonner et se faire pardonner, au nom de la réconciliation nationale. Cette réconciliation qui reste pour l’instant, une vue de l’esprit, lui-même étant en exil depuis le 22 Décembre 2019, et astreint à des poursuites judiciaires, déclarées infondées par la justice internationale.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires