Sign in
Download Opera News App

 

 

Réconciliation Nationale , cherté de la vie, : "réinventons une nouvelle société"( Assale Tiemoko)

L'actualité nationale ces dernières semaines est dominée par deux sujets importants qui suscitent l'intérêt de tous:La réconciliation nationale et La cherté de la vie.


Le 11juillet dernier à Daoukro, le président Henri Konan Bédié , lors de la visite de l'ex- président Gbagbo a adressé à l'ensemble des citoyens ivoiriens son vœu de réconciliation et de reconstruction du tissu social en Côte d'ivoire. À l'instar de cette problématique de réconciliation, dans le courant de cette semaine , de plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer la cherté de la vie liée à la flambée des prix des denrées alimentaires sur le marché. Deux questions essentielles à résoudre pour la bonne marche de la société ivoirienne.

S'inscrivant dans cette logique de porte-voix du peuple , monsieur Assale Tiemoko , journaliste et maire de La ville de Tiassaké , dans une analyse de la situation de société ivoirienne suggère sur sa page de communication notamment Facebook, qu'il faut repenser les fondements de notre nation.

En effet , pour mieux structurer son analyse monsieur A.Tiemoko à situé l'origine de ce qu'il considère comme "un mal être social" en Côte d'Ivoire :L'AVÈNEMENT DU MULTIPARTISME.

Cette autre appréciation à contrario de la vision politique du premier président de la république de Côte d'Ivoire serait la cause fondamentale de la dégradation du tissu social à laquelle l'on assiste aujourd'hui.<< Le président Houphouët Boigny pendant longtemps , a refusé d'ouvrir trop vite les portes au multipartisme parce qu'il était persuadé que son peuple peu instruit intellectuellement et peu cultivé politiquement se regrouperait rapidement derrière les leaders , sans vision ...>> A t-il souligné. Cet état des choses constitue d'ailleurs une plaie lorsqu'il s'agit de proposer des solutions d'intérêt général tel que la cherté de la vie à laquelle les ivoiriens sans distinction de parti politique ou d'appartenance ethnique sont confrontés. l'Ivoirien au nom de son appartenance politique n'éprouve plus de compassion pour son adversaire . L'adversité s'est muée en ennemi juré.

Pour le Maire de Tiassalé il faut réinventer la société ivoirienne afin de garantir un avenir à la postérité. << Réinventons une nouvelle société. Reprenons tout dans la Côte d'Ivoire qui arrive>> a-t-il conclu.

Content created and supplied by: Gmkouakou (via Opera News )

côte d'ivoire henri konan bédié vie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires