Sign in
Download Opera News App

 

 

Après la libération de ses proches, Guillaume Soro bientôt sous pression de Ouattara ?

En moins de 24 heures, du 28 au 29 Avril, près d'une centaine de détenus politiques incarcérés dans le cadre de la crise électorale du 3ème mandat ont été relâchés. Au nombre de ces ex détenus enfin soulagés de humer l’air de liberté après de longs mois de privation, des partisans de l'ex chef du parlement, Guillaume Soro. 

Plusieurs d'entre eux, dont l’artiste-chanteur Miezan Kouatrin, dit DJ Volcano, et Adama Ouattara, coordonnateur régional du R-GPS d'Abidjan-sud, sont désormais libres de leurs mouvements. Faut-t-il mettre ces libérations des proches de Soro, exclusivement sur le compte du contexte de décrispation politique dans lequel le chef de l’état Ivoirien, Alassane Ouattara semble s’être engagé depuis la fin de la crise électorale qui de source officielle, a fait au moins 85 morts ? 

De tous les opposants au régime en place à Abidjan, Guillaume Soro est à n'en point douter, le plus inflexible. Ancré dans son refus de céder face au système gérontocratique qui l'a finalement exclu de l’appareil d’état en représailles à sa volonté de ne pas rallier le parti unifié, l'ex député de Ferkessedougou continue de raidir le cou, malgré les tentatives de rapprochement initiées par des acteurs de l'ombre, pour reconstituer le tandem Soro-Ouattara. Guillaume Soro n’est pas malléable. 

Dans les arcanes du pouvoir à Abidjan, on en a conscience. Sauf que certains de ses proches, parmi les plus influents en tout cas, sont ou ont été la cible de procédures judiciaires. 

Certains ont été relâchés de prison, d’autres y demeurent. Et sans qu’on ne le dise vraiment, cette situation constitue un moyen de pression suffisamment anxiogène pour tenter d’infléchir la position de l’ancien premier ministre. À défaut de le faire plier, il existe également la possibilité de lui maintenir personnellement le joug des condamnations judiciaires qui lui valent ce prolongement pernicieux de son exil à l’extérieur. 


Visiblement, ces libérations sont des signaux envoyés au leader de Générations et Peuples Solidaires (GPS), pour lui passer un message clair : il est possible d’en faire plus. Pourvu qu’il s’aligne tout au moins sur la posture adoptée par les autres leaders de l’opposition, qui ont acceptés de s’asseoir à la table de négociations avec le pouvoir du RHDP. 

Dans un tel schéma, il est loisible d'imaginer que Guillaume Soro devrait se voir également relaxé le 19 Mai prochain et ainsi, se retrouver dans la même posture que Laurent Gbagbo, tout proche du retour au bercail. Seulement, il le ressassait récemment ; son retour chez lui n’est point négociable.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

adama ouattara alassane ouattara guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires