Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici un autre danger qui guette les Ivoiriens

De plus en plus les ivoiriens font fassent à un autre grand danger en saison pluvieuse, ''les gros trous" .

Abobo, Cocody, Yopougon,…etc, aucune commune n’est épargnée. Abidjan est balafrée par de gros trous qui inquiètent et perturbent la quiétude des populations.

Réceptacles des eaux usées non traitées, et, la plupart du temps, transformés en dépotoirs par les populations, ces ravins profonds de plusieurs mètres balafrent la capitale économique ivoirienne et gagnent du terrain.

Aucune commune dans la capitale économique n'est épargnée par ce danger qui occasionne des malheurs chaque année sans que quelque chose ne soit fait.

D'abobo plaque 2 en passant par le quartier gobelet dans la commune présidentielle pour ainsi terminer sa course dans la plus grande commune du pays, "Yopougon" avec les quartiers Gbinta, mami faitai, gesco, le danger est imminent et cela nécessite un réel traitement avant que le malheur ne frappe encore le pays.

A Abobo plaque 2, cela fait plus de 30 ans que le vieux touré, toute sa famille ainsi que l'ensemble des riverain confient leur vie à Dieu en cas de saison pluvieuse chaque année car selon eux des agents du BTP viennent chaque année pour faire le constat mais au finish rien, tout n'est impression pourtant le danger est bien présent.

Malgré ces tristes et sombres événements et les différentes opérations de déguerpissement entreprises par les autorités Ivoirienne, aujourd’hui encore, des hommes et des femmes habitent ces lieux dangereux au risque de leur vie.

En attendant une vaste opération de drainage et d’assainissement, ces ravins, qui avalent parfois des vies, gagnent du terrain après chaque pluie et les sols de la capitale économique s’affaissent lentement, dévorés par ces gros trous.

Il demeure plus que jamais nécessaire que les autorités prennent à bras le corps ce problème qui parfois engendre un nombre incalculable de dommage. Que quelque chose soit faite avant d'ajouter au chapelet des décès, d'autres personnes.

Mathias Zakam

Content created and supplied by: Zakam (via Opera News )

abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires