Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : qu'est-ce que la jeunesse doit retenir des hommes politiques ?

Que doit retenir la jeunesse ivoirienne de la politique ? La politique est clivante et parfois décevante en Côte d’Ivoire. On milite souvent, non pas par des idéaux mais par rapport à des individus, à la région, à l’ethnie, au clan et la plus grande perdante, c’est la jeunesse qui sans mesurer les enjeux, s’y donne à fond et vers la fin c’est le désespoir.

Au football, les joueurs savent qu’ils sont aimés et soutenus, c’est pourquoi ils font tout sur le terrain pour prouver leur talent; car une équipe sans supporters, n’est rien d’autre qu’une rivière sans poissons. C’est vrai aussi que dans une équipe de football, ce n’est pas tout le monde qui bénéficie des rentes viagères de la moisson mais il y a la manière.

En Côte d’Ivoire, la politique est devenue une autre chose. Depuis l’avènement du multipartisme à ce jour, certains ont fait de la politique leur profession et ils en jouissent. Par contre, les autres, surtout les jeunes, en périssent parfois.

Dans certaines formations politiques, l’âge de la jeunesse n’est défini que selon le bon vouloir de leurs leaders politiques.

Par constat, quand un parti politique n’est pas au pouvoir, il donne l’impression d’être dépourvu de tout moyen et pourtant, il leur suffit simplement d’un peu d’imagination pour donner de l’espoir à leurs jeunes.

Au PDCI RDA par exemple qui possède beaucoup de patrimoines, il leur suffisait d’inventer, de créer des idées pour donner de l’emploi à certains jeunes en attendant la prise du pouvoir. La grande maison de ce parti à Treichville tombe en ruine. Il leur suffisait de la remettre en bon état et la mettre en location et la gestion pourrait offrir de l’emploi. Au Plateau, ce parti a une autre bâtisse qui tombe aussi en ruine; s’il s’en occupait, il résoudrait des problèmes. Egalement à Yamoussoukro, il y a des patrimoines qui pouvaient donner de l’emploi. Cependant, certains de ces jeunes du PDCI RDA sont obligés de tendre la main à la direction pour des activités.

Si logiquement les responsables étaient imaginatifs, ils pouvaient innover pour créer de l’espoir à leurs militants. Ils ne font que des nominations pour les encourager. Les responsabilités qui pouvaient permettre à ces jeunes de se former politiquement, eh bien, non, ils pataugent.

Parmi les leaders politiques ivoiriens, celui qui fait de la promotion de ses jeunes une priorité, c’est le président Ouattara. Dans son fonctionnement, il n’abandonne jamais ses compagnons de lutte et promeut ses jeunes. A la présidence de la république, il s’est fait entourer de ses jeunes pour leur apprendre la fonction et la gestion.

Au PPA-CI, cette frange socialiste qui vient de naître mais qui existait depuis longtemps sous le label FPI, sa jeunesse a été massacrée pendant les crises postélectorales. Le président Gbagbo qui recommande d’élégance dans les faits et actes au pouvoir ivoirien, il faut aussi qu’il en fasse pareil dans les actes et les propos pour éviter de blesser certains.

La jeunesse ivoirienne qui croit en la politique, doit déchanter et penser à une nouvelle destination pour son avenir.

Ils ont une expression qui est éloquente qui dit : « on a fait tout ça pour rien ? »

Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires