Sign in
Download Opera News App

 

 

Blé Goudé tacle des proches de Gbagbo : "ils étaient très amers avec lui, leurs discours différents"

(Le président Laurent Gbagbo et son bras droit, le ministre Charles Blé Goudé/Photo Archives)

Le président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP) Charles Blé Goudé, a accordé le 3 octobre 2021 à la Haye, une interview à la chaine ‘’Actu People’’. Evoquant les critiques de certains proches de son mentor, il déclare : « Ils étaient très amers avec lui, mais les discours publics qu’ils tenaient étaient différents ».

Lorsque le président Laurent Gbagbo et son bras droit, Charles Blé Goudé étaient encore en détention à la Cour pénale internationale (CPI), ils recevaient plusieurs visiteurs en provenance de la Côte d’Ivoire pour rencontrer le Woody de Mama.

Parlant de l’entourage du prédécesseur du président Alassane Ouattara, le premier responsable du COJEP avoue « Nous tous, on critique le président Laurent Gbagbo, mais en privé ». A cet effet, l’ancien leader des jeunes patriotes se souvient d’une petite histoire qui l’a marqué.

En effet, concernant les élections législatives, l’opposition avait lancé un mot d’ordre de boycott. « Les proches du président qui se sont rendus à la CPI, voulaient visiblement savoir pourquoi, le président Laurent Gbagbo ne leur donnait pas son quitus, pour qu’ils partent aux élections. Ils étaient très amers avec lui, mais les discours publics qu’ils tenaient étaient différents. Cependant, je n’ai jamais remis au président Gbagbo, la liste de ceux qui venaient le visiter, et qui tenaient tels ou tels propos à son encontre », a-t-il soutenu.

Selon Charles Blé Goudé, ils sont nombreux, ceux qui venaient de la Côte d’Ivoire pour rendre visite au Woody. Il était le premier à descendre avant son référent politique. « Mais les quelques minutes qui précèdent l’arrivée du fondateur de FPI étaient ‘’consacrées’’ à leur leader », a-t-il révélé.

Y.K

 

 

 

Content created and supplied by: Y.KOBO (via Opera News )

haye laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires