Sign in
Download Opera News App

 

 

Excellence Youssoufou Bamba (Pdt de la CIDD) : « la démocratie a reculé sur tous les continents »

Elu premier Président de la Conférence Internationale pour la Défense de la Démocratie, lors de l’assemblée générale constitutive, le samedi 18 juin dernier, l’Ambassadeur Joseph Youssoufou Bamba décline, dans cette interview qu’il nous a accordée, les raisons qui ont motivé la création de la CIDD. Aussi, l’ancien ambassadeur de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies a-t-il défini les grands axes des actions que lui et ses amis comptent mener pour la réussite de ce projet. 

Excellence Monsieur l’ambassadeur Joseph Youssoufou Bamba, vous venez, avec vos amis, de poser sur les fonts baptismaux aujourd’hui (samedi 18 juin 2022) la Conférence Internationale pour la Défense de la Démocratie (CIDD) dont vous êtes le premier Président. Quels sont les facteurs qui ont motivé une telle initiative ? 

SEM Joseph Youssoufou Bamba : Nous avons constaté un recul de la démocratie sur tous les continents. Aujourd’hui, partout on enregistre des déficits démocratiques. Ce, à travers des personnes qui ne peuvent pas voter, des personnes privées de leur droit de vote, des résultats renversés et controversés, les fondamentaux des constitutions sont violés. Au niveau des découpages électoraux, il y a un renversement des réalités. C’est-à-dire les circonscriptions qui ont peu de population ont souvent le même nombre de postes que les zones les plus peuplées ; souvent même, les zones les moins peuplées ont plus de postes électoraux que les zones les plus peuplées. Il y a donc autant de problèmes qui sont criardes et qui retardent la démocratie. Au-dessus de tout, il y a les atteintes aux libertés individuelles. Notamment, les questions comme le droit de manifester pacifiquement sans être inquiéter, qui sont des droits constitutionnels. Tout cela est le fruit de la montée en force de l’autoritarisme et des pouvoirs autocratiques.

Vous usez donc de vos droits que vous confère la constitution d’agir en pareille circonstance ?

Effectivement ! Nous disons donc qu’en tant que citoyen, il y a quelque chose à faire. Nous ne pouvons pas nous limiter seulement ou se contenter à se résoudre à un parti. Les partis politiques ont dit souvent c’est l’establishment. Les partis politiques luttent pour l’accession au pouvoir. Donc ils sont prêts à tous les compromis et compromissions. Mais par contre, la constitution nous donne, en tant que citoyens, des possibilités de mener certaines actions. C’est la raison pour laquelle je me suis senti interpeler, avec un noyau de personnes venant d’horizons diverses, des professeurs d’université, des opérateurs économiques, et des personnes ordinaires de la société civile. Nous avons réuni en commun nos efforts, notre vision pour former un cadre afin de pouvoir faire front à ces atteintes contre la démocratie et la paix.

Quels seront les axes majeurs des actions à mener pour la réussite de votre projet ?

Notre vecteur d’actions, pour nous, c’est la formation et l’éducation. Parce qu’il ne peut pas avoir de démocratie sans démocrates. Des citoyens qui ne sont pas formés sont dangereux pour eux-mêmes et pour la société. Parce qu’ils sont manipulés, ils sont instrumentalisés et ils constituent le carburant pour les violences qui sont souvent liées aux élections. C’est aussi dans un contexte de prévention que nous avons initié cette conférence. Un autre axe de nos actions, c’est la coopération. Parce qu’on ne peut pas mener cette mission seul. Il s’agit d’un problème un peu transnational. On le constate le même souci un peu partout. Donc nous nous offrons un cadre qui nous permettra de coopérer, d’interagir avec des partenaires au niveau national déjà, avec la société civile qui poursuit les mêmes objectifs, au niveau régional, avec des organisations sœurs d’autres pays et enfin, au niveau international, dans le cadre multilatéral. Parce que ça nous offre des tribunes importantes pour faire porter notre voix afin de motiver une prise de conscience face à ces problèmes.

 

Quelles seront les cibles majeures de vos actions ?

Au-delà de toute chose, c’est le travail d’éducation de proximité pour rapprocher le citoyen lambda, surtout dans les zones rurales, pour leur dire voici vos droits. On pourra les instruire sur l’importance des pièces d’identité pour pouvoir exprimer leur droit constitutionnel d’aller voter. Mais également aller apprendre comment interagir avec les élus. Parce que les gens viennent vous donner leurs voix et en retour, on ne leur rend pas de compte. On va donc faire des modules avec des partenaires pour pouvoir étayer ces questions afin de permettre l’ancrage démocratique dans notre pays de façon durable. Voilà un peu les raisons qui nous ont motivés à créer ce cadre citoyen pour pouvoir défendre la démocratie et la promouvoir, ainsi que l’état de droit, c’est très important, du civisme et tout ce qui concerne la culture de la paix, la culture du dialogue, la culture du véritable « vivre-ensemble ». Pour nous ce n’est pas un label creux, mais un projet important sur lequel nous allons mettre tous nos efforts et toutes nos énergies.

Interview réalisée par Eugène YOBOUET

        


 

Content created and supplied by: Eugy_Yobouet (via Opera News )

CIDD Conférence Internationale pour la Défense de la Démocratie Excellence Monsieur Joseph Youssoufou Bamba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires