Sign in
Download Opera News App

 

 

Gbagbo lance : “ce qui s'est passé à l'ouest ressemble à un génocide, je n'accepte pas ça”

© Camp de Nahibly - Archives

La crise postélectorale de 2010-2011 a causé la mort à 3000 personnes en Côte d’Ivoire selon les chiffres officiels des Nations Unies. Plusieurs familles selon des Organisations Non Gouvernementales (ONG) ont perdu des êtres chers et des biens matériels importants. Les populations de l’Ouest du pays ont selon la Croix-Rouge, plus de 800 habitants ont péri lors de cette charge sanglante sur fond de conflit politique et communautaire. L’on se rappelle de l’attaque de camp des réfugiés de Nahibly en 2012 par des hommes lourdement armés, bien que surveillé par des Casques bleus.

Le camp de Nahibly abritait quelque 5 000 personnes. Plusieurs autres localités étaient également assiégées. En sus, à en croire la Croix-Rouge, plus de 800 habitants ont péri, les 28 et 29 mars 2011, lors de cette charge sanglante sur fond de conflit politique et communautaire. À cet effet, un procès a eu lieu en mars 2021. L'un des mis en cause, Amadé Ouérémi a même été condamné à la réclusion à perpétuité. Les témoins à la barre, des civils, ont décrit des scènes souvent insoutenables d’exécutions sommaires, de viols, de mutilations et d’incendies de leurs habitations été fortement impactées par cette crise.

Alors qu'il recevait les peuples Akyé, Gwa et Agni de la région de la Mé, ce jeudi 2 décembre 2021, à Cocody Attoban, le président Laurent Gbagbo a ouvert une parenthèse sur la question. Pour lui, ce qui s'est passé dans l'ouest montagneux durant cette crise ressemble à un génocide. Un acte qu'il déclare mordicus ne pas accepter et ne pas souhaiter pour tout autre peuple en Côte d'Ivoire.

« Moi je suis à vous, je vais venir. Je vais venir, il n'y a pas de problèmes. On va chercher le moment. Jai promis à nos frères Wê d'aller là-bas d'abord parce qu'ils ont été trop malmenés. Pendant cette crise, je ne sais pas pourquoi on s'est mis à aller tuer parce que ça ressemble au génocide. Mais pourquoi ? Parce que des gens ne sont pas du même camp que vous ? Parce que des gens ont de la forêt ? Vous allez et vous vous donnez l'autorisation de les massacrer, moi je n'accepte pas ça, je n'accepte pas ça et je ne vais pas souhaiter ça pour un peuple en Côte d'Ivoire. Jai dit aux Wê, ma première sortie, je la ferais chez eux pour les soutenir. Quand tu ne peux pas faire grand chose, au moins tu peux aller dire Yako. Je vais aller avec tout le monde, je vais appeler les leaders et nous irons », a-t-il lancé.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires