Sign in
Download Opera News App

 

 

"Un journaliste un terrain – Un journaliste, une maison" / Robert Krassault: «cette opération a été élargie à tous les acteurs des médias»

Le Conseil exécutif de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) a lancé, le 27 avril dernier, à la Maison de la presse d’Abidjan, l'Opération « Un journaliste, un terrain – Un journaliste, une maison ». Robert Krassault, Conseiller chargé des Projets immobiliers, a accordé une interview à Opera News.

Pourquoi une opération « Un journaliste un terrain – Un journaliste, une maison » pour les journalistes de Côte d’Ivoire ?

Cette opération est une promesse de campagne de la Team JCC (Jean-Claude Coulibaly, ndlr). C'est un projet qui consistait, dans un premier temps, à offrir, à des coûts spécialement étudiés pour les journalistes de Côte d’Ivoire, un ou des terrains à bâtir. Mais dans sa mise en œuvre, nous avons jugé utile d'ajouter le volet « Un journaliste, une maison » devant la forte demande des journalistes pour l'acquisition de maisons d'habitation. Cette opération qui était, au départ, destinée aux journalistes, a été élargie aux professionnels de la communication, aux partenaires des médias et aux assimilés, ainsi qu'aux agents de la Maison de la presse d’Abidjan et des entreprises de presse.

Combien de sociétés immobilières ont entendu votre appel ?

Plusieurs sociétés immobilières ont été sollicitées. Mais seulement sept ont été retenues après une analyse profonde des offres de chaque entreprise pour nous accompagner dans la réalisation de ce projet qui rencontre l'adhésion des journalistes de Côte d’Ivoire. N'oublions pas que nous avons promis aux journalistes de les aider à améliorer leur quotidien.

Comment avez-vous sélectionné les 7 sociétés immobilières ?

Le Conseil exécutif de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) désirait mettre à la disposition des journalistes des terrains urbains à bâtir ou des logements à des coûts supportables. Pour le bien-être des uns et des autres, il lui fallait trouver des opérateurs fonciers capables de l'aider à réaliser cet important projet social pour le bien-être des journalistes. Seulement, sept sociétés immobilières ont déclaré disposer de terrains dans plusieurs villes et communes du pays et de savoir-faire en matière de réalisation des travaux d'aménagement foncier. A ce titre, elles ont proposé leurs services au Conseil exécutif de l’UNJCI qui les a acceptés et des conventions de partenariat ont été signées avec les entreprises immobilières qui ont été retenues.

Qu'est-ce qui a fait la différence dans le choix des entreprises retenues ?

Ce qui a rendu quelque peu fastidieuse la sélection des entreprises immobilières, c'est qu'elles ne présentaient pas toutes les mêmes offres et plusieurs n'avaient pas de terrains avec des Attestations de construction définitive (ACD) qui était, pour nous, un critère déterminant pour être retenu comme un partenaire de l'UNJCI.

Y-a-t-il eu un engouement autour de l'offre de l'UNJCI ?

La première entreprise qui a tout de suite répondu à notre appel est la société J-DELAF de Yamoussoukro. Elle a, non seulement signé avec l'Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire en novembre 2020, mais elle a aussi permis au Conseil exécutif de l’UNJCI de réparer un tord en offrant un terrain avec un ACD individuel au confrère Traoré Tié, un ancien Ebony, lors du premier week-end de la communication et de la Nuit des Ebony qui s'est tenue en janvier dernier à Yamoussoukro. Les autres sociétés immobilières ont suivi par la suite. Et vous avez dû le constater, le jour même du lancement de l'opération, le mardi 27 avril dernier, elles étaient encore plus nombreuses qui cherchaient à formaliser leurs relations avec l'Union.

Combien de sociétés immobilières proposent des terrains urbains avec des ACD ?

Il y’a six sociétés immobilières qui proposent des terrains urbains à bâtir avec des ACD. Il s’agit des société suivantes : J-DELAF, le Groupe Djolo Immobilier (GDI), Ada Immobilier, Expertiz, Fihaouat et Ivoire Mondial Construction (IMC). Les superficies des terrains vont de 125 mètres carrés à 500 mètres carrés. Les prix oscillent entre 1,9 million de FCFA et 5 millions de FCFA. Les frais de dossier n’excèdent pas 300.000 FCFA et les mensualités ne vont pas non plus au-delà de 100.000 FCFA. Mais ce qui est intéressant, c'est que plusieurs sociétés immobilières, comme la J-DELAF et le GDI, se sont engagées à souscrire à une police d’assurance en vue de couvrir les défauts de payement liés au décès ou accidents rendant invalide le souscripteur dans l’exécution des contrats.

A quel moment intervient le volet de l'opération qui est « Un journaliste, une maison » ?

Toutes les entreprises immobilières ne vendent pas seulement des terrains. Il y en a une, Koffi’s Holding, qui offre un programme de location-vente de logements aussi bien à Abidjan que dans les capitales régionales du pays. Selon la convention signée, le candidat a la latitude de constituer son apport initial sur une période de 2 ans à 5 ans. Cette société a déjà des opérations en cours à Abidjan à la Djibi, à Grand-Bassam, à Bingerville, à Jacquevllle, à Ebimpé, etc.

Quelles sont les conditions pour l'acquisition d'un logement avec cette société ?

Le candidat à la location-vente, pour constituer son apport initial, payera seulement 15 pour cent du coût total du logement. Il pourra le faire sur une période de 2 à 5 ans. Promesse nous a aussi été faite par le partenaire que le souscripteur recevra les clefs de sa maison quand il a fini de payer son apport initial. Les loyers ne dépasseront pas 100.000 FCFA par mois. Le bénéficiaire a 17 ans pour achever de payer sa maison en payant juste ses loyers. Il faut payer à la société un droit d'adhésion de 300.000 FCFA. Droit auquel est subordonnée la souscription d'une assurance dénommée « Vie sécurisée ». Il est aussi exigé à l'Union (UNJCI, Ndlr) de tout faire pour orienter au moins 300 souscripteurs vers ce programme.

Y-a-t-il une permanence pour aider à souscrire à toutes ces opérations ?

Oui, nous tenons une permanence à la Maison de la presse d’Abidjan (MPA). Nous recevons, une ou deux fois par semaine, tous ceux qui souhaitent avoir un terrain ou d’acheter une maison à moindre coût. Le bien-être du journaliste est notre premier souci.

Interview réalisée par Rosemonde Kouadio

Content created and supplied by: Tembo.Opera (via Opera News )

robert krassault

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires