Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique / Mandature : trois choses que les quatre présidents après Houphouët ont connu

L'histoire politique de la Côte d'Ivoire est très loin d'être un long fleuve tranquille depuis le décès du père fondateur, Félix Houphouet Boigny. Avec l'avènement du multipartisme au début des années 90. La transition entre l'ère du parti unique et la libéralisation du jeu démocratique n'a pas pu être assuré de façon pérenne par la classe politique. Chaque président à la tête du pays dans l'après Houphouet a connu pratiquement les mêmes les similarités que ses pairs. Nous revenons sur les trois faits remarquables qui ont marqué la présidence de ces quatre personnalités qui ont eu la chance de diriger la Côte d'Ivoire.

Konan Bédié et Koudou Gbagbo ont connu tous les deux des tentatives ou un coup d'État. Si Konan Bédié a perdu le pouvoir à la suite du coup d'État du 24 décembre 1999, en revanche Koudou Gbagbo a pu résister à la tentative de putsch qui s'est transformée en rébellion durant le reste de sa gouvernance. En ce qui concerne le général Robert Guéhi, il a été le leader des putchistes qui ont renversé le président Konan Bédié. Par contre Alassane Ouattara est le seul qui jusqu'à présent a évité de se retrouver dans une telle impasse.

Après les tentatives de coup d'État, la seconde remarque concerne les élections présidentielles. Le RDR d'Alassane Ouattara et le FPI de Laurent Gbagbo ont formé le front républicain. Dans le but de boycotter la présidentielle de 1995, qui a vu la l'élection de Konan Bédié à la tête de la Côte d'Ivoire. Ensuite en 2000, le conseil constitutionnel a écarté les candidatures de Konan Bédié et Alassane Ouattara pour l'élection présidentielle, laissant un face à face entre Guéhi et Gbagbo, remporté par le second. Enfin la troisième élection présidentielle boycottée est celle d'octobre 2020. L'opposition dans un bloc uni et solidaire a décidé de se retirer au dernier moment de l'élection présidentielle laissant le champ libre au président Ouattara.

Troisième et dernière remarque, les quatre présidents ont accédé à la magistrature suprême avant leur 75 ans. Un âge qui a longtemps fait l'unanimité au sein de la classe politique car le règne du père fondateur fût très long et éprouvant lors des dernières années de sa présidence. Durant plusieurs années les mythes de la limitation de mandat et l'âge limite pour candidater ont été longtemps considéré comme intouchable. Dorénavant la donne est très différente.

H.L.V

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire koudou gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires