Sign in
Download Opera News App

 

 

Non application du mandat d'arrêt contre Soro: Un camouflet pour le régime Ouattara...

L'actualité politico-judiciaire en Côte d'Ivoire rythme depuis le 19 Mai dernier, avec le procès des cadres de Générations et Peuples Solidaires (GPS), poursuivis par la justice Ivoirienne pour complot contre la sûreté de l'état et troubles à l'ordre public. Malgré la tenue effective du procès le 19 Mai, la sérénité demeure de mise dans le camp Soro. 

Ni les pressions de la justice Ivoirienne, encore moins la volonté du pouvoir en place de faire extrader l'ex chef du parlement, Guillaume Soro, ne semblent intimider la direction de GPS. Et pour cause, la cour Africaine de justice avait contestée la validité des procédures intentées par la justice Ivoirienne à l'encontre de l'ancien premier ministre et de ses proches. Comme le rappelait la ministre Affoussiata Bamba dans un entretien qu'elle nous accordait ce 19 Mai, ''personne ne peut exécuter une telle décision de justice'', qui selon elle, ''n'a ni tête, ni queue''. 

S'appuyant sur les décisions de la CADHP qui exigent la suspension des poursuites contre Guillaume Soro et ses proches, l'ex ministre de la communication nous rappelait que ''la justice internationale a la primauté sur la justice nationale''. Le mandat d'arrêt international lancé contre l'ancien chef de gouvernement le 23 Décembre 2019, ne devrait pas prospérer sur le plan international à en croire l'ex ministre, par ailleurs, avocate au barreau de Paris et cheffe du collectif des avocats de GPS, qui rassure que ''seule la justice Ivoirienne peut exécuter ce genre de décision''. Plus d'un an après l'émission de cette décision de justice, le leader de GPS n'a toujours pas été inquiété, puisqu'officiellement, aucune procédure d'extradition n'a été mise en branle contre lui par aucun des pays qu'il sillonne.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

guillaume soro régime ouattara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires