Sign in
Download Opera News App

 

 

Litige foncier à Djibo Kamon: Le conseiller du village de Mafiblé2 sort ses preuves

Après la visite du ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme, Bruno Koné, le jeudi 20 mai 2021, sur le site de Djibo Kamon, le conseiller de Mafiblé2 dit sa part de vérité.

   

A l’issue de la visite du ministre de la Construction, Bruno Koné, le jeudi 20 mai 2021, sur le site de Djibo Kamon (Commune de Port Bouët), il s’est voulu clair. Pour lui, la Côte d’Ivoire est un Etat de droit et ce qui prime c’est la justice qui, selon lui, a définitivement tranché sur la question du Lotissement de Djibo Kamon. « Bien avant que la justice ne se prononce j’avais moi-même signifié à plusieurs reprises qu’il n’y a jamais eu de remise en cause des actes de propriété délivrés sur le lotissement de Djibo Kamon. Les personnes détentrices d’ACD sont donc définitivement propriétaires… » a-t-il indiqué. Cette déclaration du ministre n’est pas du tout du goût de certaines populations qui estiment que le ministre a pris parti pour un camp. « Le ministre a indiqué que la justice a tranché, mais nous n’avons pas connaissance d’une décision de justice après l’annulation du lotissement de Djibo Kamon par la Chambre administrative de la Cour suprême le 29 mars 2017. La juridiction suprême a motivé cette décision par le fait qu’il n’y a pas eu d’enquête de commodo et incommodo avant le lotissement », a réagi Amichia Anicet, conseiller des planteurs et du village de Mafiblé 2 pour qui si ce lotissement a été annulé, c’est qu’il y a problème. « Si le lotissement a été annulé par faute d’enquête de commodo et incommodo, c’est qu’il y a des oppositions. Donc, on doit faire un autre lotissement qui prend en compte les intérêts et non recourir à un arrêté de rétablissement », a milité notre interlocuteur.


Estimant que la solution du lotissement de Djibo Kamon doit trouver son dénouement dans une concertation avec les différents acteurs que sont les villages de Mafiblé (1 et 2), les opérateurs et les planteurs. « Il n’y a jamais eu de squatteurs à Djibo Kamon. Ceux qui sont sur le site ont des documents villageois délivrés, en bonne et due forme, par les propriétaires terriens », a précisé Amichia Anicet qui n’a pas manqué de dénoncer une attestation de plumitif de tiers opposition, délivrée hors délai. «Après l’annulation de l’arrêté d’approbation de Djibo Kamon, il nous revient qu’il y a une attestation de plumitif qui circule et qui parlerait d’une tierce opposition en date du 5 février 2021. Ça sent la manipulation car, du 29 mars 2017 date de l’annulation du lotissement au 09 janvier 2018, il y a prescription. Mais, nous faisons confiance au Conseil d’Etat pour que le droit soit dit », a-t-il espéré.

Assurément ce conflit foncier continue de faire des vagues.

AKE

 

 

 

 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

bruno koné djibo kamon mafiblé2

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires