Sign in
Download Opera News App

 

 

Les ivoiriens ne se détestent pas: 10 choses qui prouvent que même la politique ne peut les séparer

Les ivoiriens ne se détestent pas : 10 choses qui montrent que même la politique ne peut séparer les ivoiriens


1- L'amour du drapeau et de la patrie

On s'identifie tous et avant tout à un bien commun. Un bien qui, au-delà de nos appartenances ethniques, religieuses ou idéologiques nous sert de repère. Lorsqu'un parti politique ou un groupe religieux se bat pour promouvoir ses idées, c'est principalement pour pouvoir être bénéfique la Côte d'Ivoire et, par conséquent, pour honorer le drapeau ivoirien.


2- Les mêmes inquiétudes

Le chômage, la sécurité, la cherté de la vie, les problèmes du système sanitaire et le malaise de l'éducation... Répondez objectivement et dites-nous qui est épargné par ces problèmes. Nous anticipons pour dire aussi objectivement : personne. Lorsque les prix du sac de riz ou du carburant augmentent, ils augmentent pour tout le monde. On peut ainsi voir des plaintes fuser de toutes parts, surtout sur les réseaux sociaux où tous les ivoiriens partagent les mêmes inquiétudes. Face aux récentes attaques terroristes de certains postes de contrôle, toutes les pensées étaient avec nos soldats qui défendent le pays. Et en réalité, c'est l'illustration de la vraie Côte d'Ivoire qui se ressent ainsi.


3- La solidarité

L'ivoirien est foncièrement gentil. L'ivoirien a toujours respecté et réagi face aux malheurs des autres. Une vraie marque d'empathie qui demeure encore dans ces coeurs où baignent la vertu. Dans les communautés locales ou virtuelles, dès qu'un ivoirien a des soucis, on entend automatiquement des gens lever des cagnottes pour lui venir en aide sans se soucier de sa provenance. Aider devient l'essentiel, le reste importe peu.


4- Défendre leurs stars à l'extérieur

Quand nos stars sont prises à partie dans d'autres pays, même quand elles n'ont pas raison, nous courons toujours à la rescousse pour les défendre à l'extérieur. Arriver à la maison, on lzur tire les oreilles.


5- Leur union autour de certaines valeurs traditionnelles

En Côte d'Ivoire, toutes nos injures ne sont pas « injures » ou violentes. Les alliances interethniques ont d'abord leurs fondements dans les plaisanteries légères qui peuvent paraître sérieuses pour des gens non-initiés à ce langage. Les alliances entre les peuples de Côte d'Ivoire pèsent sur tout. Un citoyen ordinaire peut rigoler d'un ministre sur un ton ironique et sous couvert des alliances. On se souvient lors des obsèques de l'ex premier ministre Amadou Gon Coulibaly à Korhogo, un Yacouba bloquait l'escorte avant d'être dégagé par un homme de la sécurité. Hamed Bakayoko restaurait la dignité de l'homme en le consolant avec quelques billets parce qu'il a compris le principe d'alliance qui existe entre Yacouba et Sénoufo.


6- Le tout-puissant garba

Quelle meilleure illustration que la dernière bévue de certains jeunes qui s'en sont pris au nigériens sans raisons tangibles ? Pour résoudre ce quiproquo, les ministres, la police et toutes les souches sociales sont passées par le garba pour que l'atmosphère de confiance revienne en partageant des plats avec les victimes. Le garba est fédérateur.


7- L'équipe nationale

Quand la Côte d'Ivoire a remporté sa deuxième CAN en 2015, on a vu des gens qui disaient ne pas se parler se prendre dans les bras et jubiler. Rien que ça !

8- Les délires sur internet

Sur internet, les blagues de la page parodique Papa Ado par exemple font rire tout le monde, les blagues sont partagées par tout le monde sans personne n'en revendique la paternité ou les droits d'auteur. Elles passent dans une ambiance bon enfant et sans prise de tête. On rit un temps soit peu pour tout oublier. Même nos divergences.


9- Didier Drogba

A lui tout seul, il représente plus de 50 ambassadeurs du pays à l'étranger. C'est par Drogba que certains réussissent à localiser notre pays. C'est une légende et une boussole vivante. On se souvient encore que toute la Côte d'Ivoire supportait Chelsea quand il y jouait.


10- L'héritage d'Houphouët Boigny

Chaque ville garde en mémoire un monument ou une infrastructure datant de l'ère du premier président ivoirien Houphouët Boigny. Dans quelle région ne trouve-t-on pas une école, un stade, une rue ou un espace portant le nom du père fondateur et auquel tout le monde s'identifie ? Même les parties politiques revendiquent tous une légitimité dans l'héritage de Nanan Boigny, c'est dire l'impact qu'il a laissé.

Que pensez-vous des choses citées ? Nous signalons que ce n'est pas un classement mais un tour d'horizon de choses que nous avons constaté. Merci de compléter la liste si elle vous semble incomplète.

Abonnez-vous pour plus de contenus !

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires