Sign in
Download Opera News App

 

 

La sécurité transfrontalière au cœur d'une formation dans l'ouest du pays

Sur financement de l'Organisation Internationale des Migrations, plusieurs leaders communautaires, des agents des forces de l'ordre, des membres du corps préfectoral des régions du cavally et du Tonkpi ont été formés sur la gestion humanitaire des frontières.

Sur initiative du Secrétariat de l'Union du Fleuve Mano, les autorités administratives, sanitaires, traditionnelles, militaires, les chefs des centres sociaux et les présidents des jeunes des villages frontaliers, des Départements de Toulepleu, Taï et Danané, ont été instruit en matière de sécurisation des frontières.

La restitution de l'atelier a été faite durant dix (10) jours par monsieur Gnahoua Dogo Serge Alain, sous-préfet de Blolequin. Au cours de la première journée, l'orateur est intervenu sur les généralités relatives aux procédures de fixation et de tracé des frontières à la lumière du droit international avant d'aborder le module du jour consacré à la gestion humanitaire des frontières.

« La sécurité transfrontalière commence par le respect que les populations locales doivent accorder aux forces de l’ordre qui sont chargées de surveiller la frontière et de veiller sur les personnes et leurs biens », a indiqué le conférencier du jour.

Il a appelé à un rapprochement entre les populations et les forces de sécurité en vue de permettre aux hommes en tenue d’être plus efficaces sur le terrain.

« Le constat que nous avons fait, c’est que les populations ont peur des forces de l’ordre à cause de leur tenue, or ce sont ces populations qui doivent renseigner les forces de sécurité pour leur permettre d’être plus efficaces sur le terrain », a-t-il relevé, invitant les chefs traditionnels à jouer leur rôle dans la gestion du flux de populations qui traversent les frontière entre la Côte d'Ivoire, le libéria et la Guinée.

Cette formation des autorités administratives, des forces de l'ordre, des responsables de la santé, des responsables des affaires sociales et des chefs des villages de Toulepleu , Danané et Tai, à la gestion humanitaire des frontières a été bien accueillie par les populations qui ont souhaités que celle-ci se tienne chaque année afin que tous soient suffisamment outillé sur cette question.

Rappelons que monsieur Gnahoua Dogo Serge Alain n'est pas à sa première expérience dans ce domaine car il a plusieurs fois formé des leaders communautaires dans le nord du pays lorsqu'il était sous-prefet de Bougousso dans le département d'odienné.

La formation à démarré le mercredi 19 mai 2021 et s'est terminée le 29 mai 2021 dans le Département de Danané.

Silvere Bossiei

Content created and supplied by: SilvereBossiei (via Opera News )

cavally tonkpi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires