Opera News

Opera News App

Législative 2021 : haro sur des députés fantoches et fantômes

Manizan
By Manizan | self meida writer
Published 15 days ago - 0 views

Et c’est reparti pour la (re)conquête - c’est selon- du parlement ivoirien. Tous veulent devenir député, même ces députés fantoches et fantômes que nous dénoncions en décembre 2016 dans les colonnes de Fraternité Matin et Notre Voie.  

 

Les législatives 2021 s’annoncent à grands pas. Après les violences pré- et post électorales qui ont émaillé le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, le collège électoral est sollicité à nouveau, pour élire des parlementaires. Une liste de 1266 candidats arrêtée par la CEI pour 255 sièges à l’Assemblée nationale. La bataille s’annonce très rude. Mais la question qui traverse les esprits est de savoir quelle est la motivation réelle de tous ces prétendants ? Notamment tous ces pseudo-candidats dont la capacité intellectuelle est en deçà des prérequis intellectuelles qui, par le biais de quelques billets de banques, vont tromper la vigilance de nos parents pour usurper le titre d’honorable. Malheureusement, cette nouvelle race de politiciens, de plus en plus nombreuse, prend en otage tout le système, au détriment des vrais appelés. Car, notre Parlement, nous sommes au regret de le souligner, loin d’être l’apanage des grands intellectuels (médecins, journalistes, avocats, diplomates, professeurs d’universités, etc.), devient de plus en plus le lieu de retraite idéal de ces élus au mandat étriqué.

 

La date retenue pour ces élections législatives est le 06 mars prochain. Ils sont tous dans le starting-block. Certains parrainés par leurs formations politiques, quand d’autres se prévalent de leur ticket d’indépendant, nonobstant les menaces des partis politiques.

 

C’est un secret de polichinelle, certains élus sortants sont à l’affût pour un 3ème mandat, la pomme à discorde qui a failli faire basculer le navire Ivoire dans l’abîme.  Qu’à cela ne tienne ! Tous autant qu’ils sont, prêts à faire feu de tout bois, afin de remporter le ticket gagnant et poursuivre l’aventure à l’hémicycle, au nom d’un peuple qu’on prétend servir, mais à la vérité, ils se servent de la naïveté de ce même peuple pour se remplir les poches, la vessie et la panse. Car, comment expliquer cette envie démesurée de certains candidats malgré l’arbitrage de leur formations politiques, si ce n’est pour de l’argent. Selon des échos qui nous parviennent, il y aurait des candidats grabataires qui se déplacent à l’aide de béquilles. Que de surprises nous réserve cette campagne ! Mais le terrain va départager, car l’horizon laisse poindre des batailles épiques, sans précédent, sur le terrain. Argument contre argument ! Chacun y va avec ses arguments.

 

Mais les électeurs, dans leur ensemble, sont curieux de savoir qui sera cet heureux élu au soir du 06 mars 2021, et en quoi il sera différent des députés de la dernière législature.

 

Pour rappel, le pouvoir exécutif connait une saine émulation ; des hommes et des femmes de différents bords politiques et de bagages intellectuels diverses et diversifiés font la fierté de nos différents peuples à l’hémicycle. Mais qu’avons-nous constaté ces dernières législatures ? Certains députés, une fois investis du pouvoir sacro-saint d’élu du peuple, coupent toute connexion avec la base. Pis, ils se barricadent dans leur résidence cossue de Cocody, Biétry, etc. Ils narguent, à la limite, les peuples qui leur ont cédé une parcelle de leur pouvoir. Au parlement, c’est à croire s’ils légifèrent pour le bonheur des peuples auxquels ils se réclament.

 

Il est vrai que le député est détenteur d’un mandat national ; s’il est élu avec la caution d’un parti politique, il appartient de facto à ce groupe parlementaire (caucus du parti) de cette formation politique. Toutefois, au-delàs de toutes ces attributions, il doit avoir à l’esprit qu’il représente une circonscription électorale, à ce titre, il porte les inquiétudes et les points de vue de ces électeurs. Dans cette dynamique, il est de son devoir de présenter des pétitions, des résolutions et des projets de lois d’initiatives parlementaires. En d’autres termes, il a le devoir d’exprimer les préoccupations de ses mandants et d’intervenir en leur faveur et à la fin, leur faire des compte-rendu fidèles. D’où la navette classique entre l’élu et son peuple. Cette formule gymnastique ne saurait souffrir d’un quelconque manque de confiance, car c’est au terme de ces rencontres que sortent des textes définitifs qui constitueront la future loi pour un vivre ensemble harmonieux auquel nous aspirons tous, dans la société.

Ne l’oublions pas, la loi votée par le Parlement est un acte juridique de portée générale et obligatoire, car elles définissent les règles de vie en société, dans un souci de sécurité et de justice. Et ce n’est pas l’écrivain Jean Jacques Rousseau qui dira le contraire, lui qui souligne que « la loi exprime la volonté générale ». Mais comment peut-on aspirer à une telle société si le peuple n’est pas, dès le départ, associé au processus de rédaction et d’adoption des lois par la faute de législateurs peu légitimes, fantômes et fantoches, qui reviennent dans leur circonscription une fois leur mandat à terme, juste pour une reconduction tacite, facilitée en cela par la distribution de billets de banque pour acheter la conscience « fragile » des électeurs, appauvrie par une politique hostile et peu humaine par ces mêmes élus.  

 

Malheureusement, c’est ce à quoi nous assistons. Une fois élu, c’est à peine s’il se souvient de son passé. Il oublie qu’il a le statut de mandataire ; c’est-à-dire un délégué qui doit plaider en faveur de ses mandants. Mais c’est le contraire que certains de ces élus servent à leur peuple. Ces nouveaux riches deviennent inaccessibles, arrogants, car désormais très puissants ; ils arborent des allures précautionneuses vis à de leurs mandants, avec un entourage hostile, un regard dédains incrusté dans un comportement mesquin et suffisant.

D’ailleurs, tous ces électeurs ne sont-ils pas vus comme du bétail électoral? Et puis, le député ne détient-il pas sa légitimité de son mentor politique? La preuve, des consignes de vote du président du parti n’sont-elles pas la valeur de parole d’évangile par rapport aux gémissements jérémiades du peuple, assoiffé et appauvri par la politique politicienne contemporaine ? Du mépris vis-à-vis du peuple, pourrait-on dire.

 

Force est de constater que ces élus sont restés coupés de leur base. Et même quand certains y retournent par enchantement, c’est juste à des occasions funèbres pour marquer une affection sulfureuse à certains militants de leur parti politique décédés ou qui ont perdu des proches. Et c’est l’occasion où l’on entend des propos du genre « militant de première heure ! » Malheureusement, il est mort à la première heure, sans heure de gloire. Dommage !

 

Nos élus sont-ils devenus des fossoyeurs habituels, sommes-nous tentés de poser la question. Le peuple serait-il devenu ce mouton de panurge, cet électorat captif qui obéit aux propositions obscures des hommes politique ? Leur comportement découle-t-il d’un simple calcul politicien, ou d’un mépris caractérisé?


Le récent scrutin présidentiel a fini par convaincre les plus sceptiques sur leurs attitudes macabres. Si certains se sont souvenu de l’existence de leur peuple, ils ont profité de l’occasion pour planifier des coups bas dans la perspective du boycott actif et de la désobéissance civile pour marquer leur présence et dénombrer des faits macabres ; d’autres par contre en ont profité pour tirer profit pour bénéficier davantage des faveurs du chef de l’Etat.

 

Comme par enchantement, ils ont retrouvé le chemin qui mène à leurs circonscriptions électorales. Des bains de foule par-ci, des accolades par-là, avec à la clé des distributions de billets de banque pour démontrer leur générosité leur profond attachement aux siens. Mais en réalité, il n’en est rien. Juste des opérations de charmes et d’achat de consciences aux contours machiavéliques.


Eh bien, ce réveil ou dynamisme spontané n’est pas fortuit. Il s’explique par cette envie de briguer un second mandat. Face à ces dérives, nous, électeurs, devons-nous lever pour faire barrage à la forfaiture. Disons non à ces élus fantômes et fantoches.

Content created and supplied by: Manizan (via Opera News )

Tags:      

Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

VOUS AIMEREZ

Legislatives 2021: André Silver Konan s'insurge contre les propos de Myss Dogo Belmonde

40 minutes ago

822 🔥

Legislatives 2021: André Silver Konan s'insurge contre les propos de Myss Dogo Belmonde

Météo: La SODEXAM annonce une importante vague de chaleur dans le Nord et le Centre du pays

49 minutes ago

101 🔥

Météo: La SODEXAM annonce une  importante vague de chaleur dans le Nord et le Centre du pays

Yopougon place Ficgayo : lancement de campagne, une marée humaine pour un signal fort de l'opposition

54 minutes ago

142 🔥

Yopougon place Ficgayo : lancement de campagne, une marée humaine pour un signal fort de l'opposition

Législatives / Grand Lahou : des affiches d'un candidat saccagés par des individus

59 minutes ago

169 🔥

Législatives / Grand Lahou : des affiches d'un candidat saccagés par des individus

Législatives à Séguéla : Le Worodougou se mobilise pour la Victoire d'Hambak et d'Amadou Soumahoro

2 hours ago

489 🔥

Législatives à Séguéla : Le Worodougou se mobilise pour la Victoire d'Hambak et d'Amadou Soumahoro

Législatives à Yopougon : les candidats de l'opposition font une démonstration de force

2 hours ago

2275 🔥

Législatives à Yopougon : les candidats de l'opposition font une démonstration de force

PDCI-EDS à Yopougon dénonce « une opacité qui entoure la distribution des cartes d’électeurs »

2 hours ago

669 🔥

PDCI-EDS à Yopougon dénonce « une opacité qui entoure la distribution des cartes d’électeurs »

Abobo-Akeikoi: lancement des travaux de renforcement et d'extension du réseau d'eau potable

3 hours ago

10 🔥

Abobo-Akeikoi: lancement des travaux de renforcement et d'extension du réseau d'eau potable

Législatives à Danané : plusieurs affiches du parti au pouvoir RHDP vandalisées, les faits!

3 hours ago

826 🔥

Législatives à Danané : plusieurs affiches du parti au pouvoir RHDP vandalisées, les faits!

Georges Philippe Ezaley: "trop de divisions, de palabres empêchent Bassam de se développer"

3 hours ago

14 🔥

Georges Philippe Ezaley:

COMMENTAIRES