Sign in
Download Opera News App

 

 

Revendications politiques : comment Ouattara a neutralisé le Pdci !

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) est devenu atone. Disparu des écrans radars. Le Président Alassane Ouattara a trouvé les moyens de mettre sous l’éteignoir, la plus ancienne formation politique de Côte d’Ivoire.

 

Le Pdci est rentré dans les rangs. On est aujourd’hui loin des revendications de 2020 pendant de l’élection présidentielle. Le président de ce parti, Henri Konan Bédié avait été le fer de lance, dans la contestation de la candidature et de l’élection d’Alassane Ouattara en lançant le Conseil national de transition (Cnt), ensuite la désobéissance civile.

La moisson des toutes ces actions, au moment du bilan est très maigre. Non seulement Alassane Ouattara a rempilé pour une série de mandature de 5 ans, en plus, le régime au pouvoir est resté intransigeant sur les revendications principielles comme la réforme en profondeur de la Commission électorale indépendante (Cei), suivant les recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (Cadhp), le redécoupage électoral pour se conformer aux standards internationaux.

Malgré tout, le Pdci garde un mutisme saisissant sur ces questions essentielles. L’explication plausible que l’on pourrait donner à cet état de fait est que le gros bâton que tient fermement le Président Alassane Ouattara a réussi à brider toute contestation de ce côté. La répression féroce et les emprisonnements à-tout-va qui ont été le lot des militants du Pdci, pendant le mois de la contestation, voilà l’explication !

Le Pdci a perdu l'initiative !

Leur leader, Henri Konan Bédié lui-même n’a pas été épargné que son domicile a été pris d’assaut par des hommes armés et il a subi un blocus de plusieurs jours, pendant que les cadres autour de lui étaient conduits manu militari en prison. Ce traitement de choc a inhibé toute volonté de révolte chez les militants de ce parti qui ne sont pas spécialement habitués aux épreuves de force. D'ailleurs, ils participé, sans autre forme de procès, aux législatives du 6 mars 2021, alors qu'il sortaient à peine du boycott de la présidentielle du 30 octobre 2020 !

Du coup, les revendications initiales liées aux conditions d’élections libres, transparentes et équitables ont été rangées sagement dans les placards. Chacun regarde à présent du côté d’Alassane Ouattara qu’il veuille bien accepter de libérer les prisonniers politiques. A son rythme, à sa fantaisie et à ses conditions !

Il n’y a pas à dire, le Pdci a été absolument neutralisé et perdu à présent, toute l’initiative. Pour faire illusion, les dirigeants de ce parti « s’organisent » pour affronter les élections prochaines, avec comme repère majeur, la présidentielle de 2025. Dans quelles conditions, tous les problèmes politiques initiaux demeurant? Mystère et boule de gomme !  

Théodore Sinzé

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié ivoire pdci

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires