Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire rente viagère : l'État doit aller plus loin

Ldi2308210850

Le premier ministre Patrick Achi (source: internet)

La république est secouée depuis le Jeudi 19 Août par ce qu'il est convenu d'appeler "affaire rente viagère de Mamadou Coulibaly". En effet, l'ex président de l'assemblée nationale sous le régime de la refondation a rendu sa démission de son poste de maire d'Azaguié, après qu'il a reçu un courrier du premier ministre Patrick Achi, l'informant non seulement de la réduction de 50% de sa rente viagère dès la fin de ce mois d'Août, mais aussi qu'il sera soumis au remboursement d'un trop perçu estimé à plus de 97 millions.

Mais au-delà des débats de fond et de forme que provoque cette situation, le citoyen lambda est davantage préoccupé par la récurrente question de cumul de poste et de fonction dénoncée sous tous les régimes mais à laquelle aucune solution appropriée n'a jusque là pas encore été opposée. Pire avec cette affaire, de nombreux ivoiriens découvrent aussi le cumul de rente viagère versée à des autorités pour avoir occupé différentes fonctions ouvrant droits à vie à ses montants. Il est difficile de comprendre pourquoi l'on paie un cumul de différentes rentes à un même individu pour avoir été député, puis ministre, puis président d'institutions par exemple. La logique n'aurait t-elle pas voulu qu'on lui verse une seule rente, fut-elle la plus élevée en tenant compte de la plus haute fonction exercée ?

À la fonction publique par exemple, lorsqu'un individu est admis à 2 ou plusieurs concours en même temps, il lui est demandé de faire un choix entre ces différents concours. Si cela a pour objectif d'amener le futur fonctionnaire à se focaliser sur une seule formation, cela donne aussi à d'autres personnes la possibilité de récupérer les places libérées, et à l'État d'éviter le cumul de frais de formation, de bourse et plus tard de salaire à un même individu. L'État ne paie pas par exemple à un professeur d'université parti à la retraite une pension cumulée si celui-ci a d'abord été instituteur, puis professeur des lycées et collèges. Ce qui est opposé au peuple doit aussi l'être pour les dirigeants. L'État ne doit donc pas se limiter à couper en 2 les rentes viagères des autorités qui occupent encore des fonctions payées sur les dépenses publiques, mais doit aller plus loin en mettant un terme à toute forme de cumul qui, d'une façon ou d'une autre pèse sur les contribuables que nous sommes tous. Celà ne serait que justice et équité.

SRANKPAWA BOUAKE Ldi2308210850

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

mamadou coulibaly patrick achi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires