Sign in
Download Opera News App

 

 

Une plainte contre Guillaume Soro déposée à Paris

Les problèmes judiciaires de l’ex-rebelle Guillaume Soro sont loin de s’arrêter. En effet, ce jeudi 07 mai 2020, une plainte a été déposé contre lui devant la justice française.


Depuis le mois de décembre 2019, Guillaume Soro est poursuivi par la justice ivoirienne. D’ailleurs, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt. Retranché dans son exil européen, il a engagé une bataille politique et juridique contre l’État de Côte d'Ivoire. En effet, le 22 avril 2020, il a remporté une grande victoire. La cour africaine des droits de l’Homme et des peuples a ordonné la suspension de ce mandat d’arrêt ainsi que les mandats de dépôt délivrés contre ses proches. Cependant, le 28 avril 2020, il a été condamné à 20 ans de prison, 4 milliards 500 millions d'amende, 7 ans de privation de droits civiques et 2 milliards au titre de dommages et intérêts à l'État de Côte d'Ivoire pour des faits de détournement de deniers publics.

Alors que cette condamnation continue de fait couler les salives, une plainte vient d’être déposée contre lui à Paris ce jeudi 7 mai 2020 pour crime de guerre. Selon Mediapart, les plaignants, de nationalités ivoirienne et française, accusent Guillaume Soro d’avoir commandité, en 2004 et 2011, la mort de cinq personnes, membres de la rébellion, dont Ibrahima Coulibaly, surnommé « IB ».

Cette plainte, va-t-elle aboutir à un procès contre Guillaume Soro devant les juridictions françaises ?

Pour l’instant, il est difficile de répondre à cette question. Cependant, notons qu’une affaire similaire est pendante devant la justice française contre ce dernier à la suite d’une plainte de Michel Gbagbo. Si pour l’instant la justice française ne s’est pas encore prononcée sur le dossier, Guillaume Soro et ses partisans retiennent leur souffle. La bataille est loin de se terminer. Jusqu’où elle arrivera ?

Qui vivra verra !!!!

Gnamien J.


Content created and supplied by: Attoumglan (via Opera News )

Guillaume Soro Paris État de Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires