Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2010 / Michel Gbagbo regrette : "et pourtant, Gbagbo demandait de recompter les voix"

La crise post-électorale de 2010 - 2011, on s'en souvient comme si c'était hier, a été un enfer pour les Ivoiriens. Cette crise qui a occasionné officiellement 3000 morts a été précédé d'un scrutin avec un dénouement contesté. Le président Laurent Gbagbo avait été proclamé réélu par le Conseil constitutionnel, qui a invalidé les résultats de la commission électorale donnant M. Ouattara vainqueur. La communauté internationale, elle avait reconnu ce dernier comme président légitime et exige le départ du sortant. À cette époque, l'adversaire d'Alassane Ouattara avait proposé à plusieurs reprises la mise sur pied d'un "comité d'évaluation" international sur la crise post-électorale. Une offre qui est restée sans écho.

Alors qu'il était l'invité du Life Weekend, diffusé ce vendredi 12 novembre 2021, Michel Gbagbo a expliqué, dans la rubrique “le Confessionnal”, avoir été choqué que l'offre de son père ait été ignoré. Pour lui, cette injustice a occasionné plusieurs victimes innocentes dont son père, ses camarades de lutte : « Ça été un moment douloureux parce que comme tout être humain, j'ai eu peur, peur de la mort. Mais j'ai été surtout choqué de cette grande injustice à cet homme placé là pour nous libérer qui demandait simplement qu'on recompte les voix. J'ai été choqué qu'au lieu de recompter les voix l'on a préféré bombardé sa résidence, la résidence de la présidence de Côte d'Ivoire. Qu'on ait bombardé la Côte d'Ivoire, qu'il y ait eu tous ces morts. J'ai été attristé par toutes ces victimes innocentes. Le président Gbagbo était innocent. Nous étions innocents. (...) ».


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

laurent gbagbo michel gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires