Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici pourquoi il ne faut plus dire ‘‘Honorable’’, ‘‘Première Dame’’, ‘‘Palais présidentiel''...

Au cours de ces nombreuses formations relatives aux régimes et systèmes politiques, Dr Geoffroy Julien Kouao, juriste, politiste et écrivain, revient sur des abus de langages contraires à la République. Il s’agit des termes ‘‘Honorable’’, ‘‘Vénérable’’, ‘‘Excellence’’, ‘‘Première Dame’’, ‘‘Palais présidentiel’’ etc. Découvrez dans les lignes qui suivent pourquoi ces expressions n’ont pas leur place dans une République.

D’emblée, explique Dr Geoffroy Julien Kouao, dans le cadre d’une République, on ne peut pas appeler un député et un sénateur ‘‘Honorable’’ ou ‘‘Vénérable’’ car ce sont des termes monarchiques qui heurtent l’esprit républicain et abîme la République. Ensuite, poursuit-il, ni la Constitution, ni les règlements intérieurs du Sénat ou de l’Assemblée nationale ne parlent de Honorables encore moins de Vénérable.

Il va sans dire que ce sont des titres ronflants et désuets que l’ignorance attribue à nos élus. Il en est de même pour le titre Excellence attribué par ignorance aux présidents de la République sous nos tropiques.

User de ces titres monarchiques, selon Dr Geoffroy Julien Kouao, c’est faire de la Côte d’Ivoire une monarchie. « On ne dit pas palais présidentielDans un palais vit un roi, un monarque. En France, on dit palais de l’Elysée parce que les anciens rois (Napoléon…) y vivaient. Le langage est donc resté. On parle de Maison présidentielleC’est pourquoi aux Etats-Unis, on dit la Maison Blanche et non le palais présidentiel. Dans une république, il n’y a pas de palais. », martèle Dr Geoffroy Julien Kouao. 

Même son de cloche pour le terme Première Dame attribué aux épouses des chefs d’Etats africains. « Dans la monarchie, le roi est au-dessus de tout le monde. Il n’y a pas de citoyenneté dans une monarchie. Il n’y a que des sujets. C’est pourquoi on s’abaisse quand on salue le roi.

Le Premier des Belges est le roi. Son épouse est la première Dame. Les Etats-Unis partis de la Grande Bretagne ont voulu reproduire la monarchie. Certains journaux proches de la monarchie ont commencé à appeler Mme Kennedy : la première Dame (First Lady). C’est antidémocratique et anticonstitutionnel. La Constitution stipule que tous les Ivoiriens sont égaux. Il n’y a donc ni premier, ni dernier. Si l’épouse du président est la première dame, qui est donc la dernière dame ? », se demande le juriste, politiste et écrivain.

Voilà qui est clair. La République mettant tous les citoyens au même pied d’égalité. Assimiler cela, c’est être républicain.

 

Cyrille NAHIN

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires