Sign in
Download Opera News App

 

 

Lida Kouassi pouvait faire l'économie d'une telle sortie en présentant son projet (Analyse)

En campagne à Lakota, Lida Kouassi Moïse a fait une sortie qui n'honore pas sont statut politique et intellectuel. Juste quelques piqûres de rappel. Cette sortie s'inscrit dans une approche politique et très électoraliste. Convaincu que la classe politique ivoirienne a échoué je situe mon analyse dans la durée et non dans les enjeux politiques et électoralistes qui sont immédiats, ils s'estomperont après les résultats des élections législatives. Le discours partisans ne s'impose pas quand il s'agit des grands problèmes de notre temps. Les ivoiriens qui s'inscrivent dans la logique des propos de Lida Kouassi ont fait le choix de ne pas exister de par eux-mêmes et seront toujours en rade de la construction de notre nation. En regarder les choses de près l'on se compte que Lida Kouassi n'est pas l'avenir de la Côte d'Ivoire il s'inscrit dans le passé ivoirien. Il a fait œuvre de son temps dans la gestion du pouvoir FPI. Le discours de Lida Kouassi nous montre bien que notre classe politique et cette génération de politiciens ivoiriens ont échoué. Nous jeunes nous sommes l'avenir de ce pays et accepter ces propos me paraît peu raisonnable. Allons puiser dans le regard que les "sudistes" et les pouvoirs successifs ont porté sur le nord ivoirien pour expliquer pourquoi le discours de Lida Kouassi ne résiste pas à l'analyse. Interrogeons la migration Malinké aussi pour comprendre pourquoi les Malinké par les élections s'imposent dans certaines régions qui ne sont pas les leurs à l'origine. 

1-Le nord la "prison" des ivoiriens du sud, des syndicalistes et hommes politiques de premier plan.

Depuis Félix Houphouët Boigny donc le nord ivoirien a été présenté comme une région hostile dans les mentalités à telle enseigne que y aller était une façon de "mourrir", de régresser ou de s'assagir. Surtout pour le "sudiste", qui, né dans un environnement, ne voyait la Côte d'Ivoire qu'à ses pieds. Aller au nord pour lui a toujours été une choc émotionnel et un affaissement psychologique. L'administration Félix Houphouët Boigny, pour sanctionner un fonctionnaire l'affectait au nord. Sous Ouattara, ce regard du nord n'a pas changé car c'est la-bas qu'il fait incarcérer Laurent et Simone Gbagbo et bien d'autres pontes du régime FPI. C'est là-bas, à Minignan que Kandia Camara avait fait affecté Mesmin Comoé alors secrétaire général du MIDD après leur différent sur les cours du mercredi. Y affecter donc un fonctionnaire était une façon de le sanctionner et l'amener à entrer dans les rangs. Cette histoire du nord hostile va s'affiner avec la rébellion dit nordiste contre le régime de Laurent Gbagbo. Pour le sudiste, le nord était tout sauf un endroit où il fallait aller s'épanouir, s'implanter durablement, investir et se réaliser. Y aller était d'ailleurs régresser. On disait souvent " c'est un désert, il n'y a rien là-bas..." Je me souvient encore tout près de nous en 1995 dans la classe de seconde C au lycée moderne de korhogo où j'étais, les élèves du sud qui y ont été affectés étaient dans la tourmente pour eux ils étaient dans l'enfer nordiste. Il fallait faire une réaffectations au plus vite pas parce-qu'il avait été mal orienté dans une filière qui ne répondait pas à leur aptitude non mais parce qu'ils avaient été orientés dans le nord ivoirien. "Le sudiste" qui grandit dans le cercle familial, est élevé avec cette image hostile du nord ivoirien il grandit avec cette image hostile du nord ivoirien dans l'esprit. En conclusion peu d'investissements "sudistes" et de présence sudistes dans le nord ivoirien. Et bien avant la rébellion de 2002. Leur refus de s'intégrer dans un espace ne peut pas leur permettre en toute logique d'y être candidat et gagner une élection. Et Lida Kouassi le sait très bien. Donnez moi le nom d'au moins trois sudistes qui ont été candidat dans le nord ivoirien depuis les indépendances. Houphouët disais de GBAI Tagro d'aller se présenter à Abengourou il n'aura aucune voix. Pour ainsi dire que si tu n'es pas intégré dans un espace donné tu ne peux guère y être élu. Alors comment peut-on candidater dans une région où on s'est jamais intégré ? Comment? Comment peut-on être candidat dans une région qu'on a toujours vu comme l'enfer sur terre? 

2- Le sud dans l'histoire des Malinké nordistes 

Le sud dans l'histoire fut le point de chute de la migration les Malinké (Dioula) qui furent des adeptes du commerce à longue distance bien avant la colonisation donc le commerce de la kola et de d'autres produits avait permis d' intégré les espaces nord allant jusque dans le septentrion soudanais au sud forestier et cotier ivoirien. Les nordistes n'ont jamais regardé la zone forestière comme une zone hostile bien que des dangers ( attaques des marchands, rapts, et brimades de tout genre) jalonaient les routes qui menaient au sud forestiers. Le goût de l'aventure avec tout ce que cela comporte ( risque et mort) amenait ces Malinké à descendre vers la côte où ils étaient devenus après leur implantation de véritable concurrents aux sociétés  de commerce européen. Ces Malinké (Dioula) se sont intégrés et ont bâti des communautés dans le sud et mieux, en ayant fait fortune, ils se sont imposés comme étant des relais de l'administration coloniale mais aussi par alliance matrimoniale ils ont intégré à leur lignage des filles du pays. Ces nordistes se sont fondus dans les communautés sudistes contrairement aux sudistes qui ont au nord, développé une mentalité de non résident depuis toujours. Ils sont là juste pour un temps, pour des obligations professionnelles et repartir. 

Voilà le tableau de notre histoire commune. L'analyse dans la durée montre bien que personne n'a refusé à un sudiste d'être candidat au nord et le référent social avant que la classe politique médiocre qui nous gouverne entre en action pour déstructurer le vivre ensemble dans ce pays. Aucune loi n'a empêché jusqu'à ce jour un sudiste d'être candidat au nord aucune. Il est vrai qu'il y a une frange de quelque militants du RDR surtout qui ont posé des actes peux recommandables à un moment donné de notre histoire mais ces militants la sont ils représentatifs de l'ensemble des populations du nord ivoirien ? Je ne le pense pas. Je l'ai dit Lida Kouassi et Kouyaté ne sont plus l'avenir de ce pays ils en sont son passé. Ne réfléchissons pas nous jeune sur l'avenir de cette nation comme certains politiciens de ce pays. Ils ont mis à mal l'équilibre social et le vivre ensemble dans ce pays. Le discours politique n'est pas la base argumentaire d'une réflexion car il est toujours orienté à des fins personnels il est dit pour des enjeux personnels. Qui parle des étrangers aujourd'hui alors qu'avant l'élection présidentielle c'était le point essentiel des discours.  Référons nous à notre histoire à notre passé. La Côte d'Ivoire n'existe pas que depuis 2002. Non elle a existé bien avant cette date. La logique de Lida et de la classe politique ivoirienne qui d'ailleurs est médiocre n'est pas la mienne. Ces nordistes qui gagnent les élections au sud c'est bien avec les voix des populations sudistes souvent et non avec que celles des Malinké. Je ne pense pas qu'avec ce discours Lida Kouassi va gagner ces élections à Lakota. Je ne le pense pas. Qu'a t-il proposé à ses parents ? Pas grand-chose.

Content created and supplied by: dognimalass (via Opera News )

lakota lida kouassi moïse

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires