Sign in
Download Opera News App

 

 

Le porte-parole du gouvernement répond à Gbagbo:"il demeure poursuivi devant la justice ivoirienne"

Du 16 au 17 octobre passé, la salle des fêtes du palais des Congrès du Sofitel Hôtel Ivoire d'Abidjan a été parée aux couleurs de la Résistance Africaine. Deux jours durant, les souverainistes et panafricanistes ainsi que les autres résistants venus du reste du monde se sont retrouvés à Abidjan, la capitale économique ivoirienne pour assister à la naissance d'un nouvel instrument de lutte. Son nom est Parti des Pleuples Africains Côte d'Ivoire (PPA-CI).

Lors de cette rencontre, Laurent Gbagbo a évoqué plusieurs sujets importants dont celui de sa condamnation par contumace par la justice ivoirienne à la peine de 20 ans de prison dans l'affaire " casse de la BCEAO" lors de la crise post-électorale de 2010. Après son interview accordée au journal français France 24, Ce mercredi 20 octobre 2021, soit 3 jours après le congrès du PPA-CI, un conseil des ministres du gouvernement Ivoirien s'est tenu.

Invité à se prononcer sur l'étonnement de Laurent de Laurent Gbagbo concernant les casses de la BCEAO et les procédures judiciaires à son encontre, le porte-parole du gouvernement n'y ai pas allé avec le dos de la cuillère.

Pour Amadou Coulibaly :

"Monsieur Laurent Gbagbo a beau être étonné mais il demeure poursuivi devant la justice ivoirienne pour des faits qui sont totalement différents de ces incidents." a relevé le Ministre de la Communication des Médias et de la Francophonie.

Il poursuit en apportant des précisions sur le motif des condamnations des militaires : "Et il faut ajouter que pour les militaires et autres miliciens qui sont encore en détention, cela, ils ont été condamnés en raison de crime de sang qu’ils ont commis."

Sur les antennes de la télévision française, Laurent Gbagbo s'est dit surpris des accusations et de la procédure à son encontre en Côte d'Ivoire alors qu'il a été acquitté par la Cour Pénal International. Un avis que ne semble pas partager le gouvernement ivoirien qui par la voix de son porte-parole a souligné que "ces infractions sont totalement différentes de celles qui sont visées par la cour pénale internationale."

Amadou Coulibaly s'est même voulu on ne peut plus claire : "Laurent Gbagbo a de nombreux conflits à gérer, y compris des conflits avec sa propre personne.''

Laurent Gbagbo, nouveau président du Parti des Peuples Africains de Côte d'Ivoire a donc des soucis à se faire contrairement à ce qu'il pourrait bien penser. Lui qui est condamné depuis janvier 2018, à 20 ans de prison pour le "braquage" de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) pendant la crise post-électorale de 2010.

Content created and supplied by: LaMontagneInfo (via Opera News )

Abidjan BCEAO

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires