Sign in
Download Opera News App

 

 

Suspecté après sa réintégration aux Impôts, Koné Katina crache ses vérités : "C’est mon droit"

En mission à Ouagadougou dans le cadre du Congrès des partis se revendiquant de la philosophie politique de l’ex chef d’état Burkinabè, Thomas Sankara où il représentait le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), Justin Koné Katina, était reçu sur le plateau de la chaîne privée, Bf1 Tv pour apporter des éclairages sur l’offre politique de l’ancien président de la république Ivoirien, Laurent Gbagbo, fondateur du PPA-CI.

 

Entre autres questions adressées à l’émissaire du prédécesseur d’Alassane Ouattara, celle concernant sa réintégration au sein de la Direction Générale des Impôts (DGI), qui depuis son ébruitement dans les médias, la semaine dernière, déchaîne de vives polémiques dans le landerneau politique Ivoirien. A ceux qui y voient un signe de compromission du collaborateur de Laurent Gbagbo ou d’inféodation au régime en place à Abidjan, Koné Katina rétorque sans sourciller : ‘’Il s’agit d’un droit que j’ai exercé. C’est mon droit. Je n’ai approché aucun ministre. Je suis venu, je suis allé demander que conformément à mon statut de réfugié, conformément aux statuts de la fonction publique, j’ai le droit de reprendre mon boulot. Qu’est-ce que je dois faire ? On m’a dit, voici les démarches. J’ai entrepris les démarches moi-même. Sur mon droit, je ne m’amuse pas du tout. Et pour exercer un droit, je n’ai pas besoin d’aller quémander le pardon de qui que ce soit’’.

 

Une réponse avant de donner de plus amples précisions une fois de retour à Abidjan, car comme insistait-t-il, il se réserve le droit de situer l’opinion publique sur cette affaire dès son retour au bercail.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara koné katina laurent gbagbo ouagadougou thomas sankara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires