Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: Il faut revoir le cas des centres de santé qui ne rassurent plus

Il faut que les centres de santé ivoiriens soient équipés et dotés de médicaments de premières nécessités pour que les ivoiriens aient la vie sauve car, ça n’arrive pas seulement pas qu’aux seules personnalités.

Encore des rumeurs du décès de M. Koné Mamadou président du conseil constitutionnel ivoirien ce matin, parce qu’il serait très malade. Les hôpitaux ivoiriens n’étant pas équipés et fournis en médicaments, il se trouve dans une clinique classée secrète. Mais, il est tout de même malade et quand un ivoirien te donne pour mort, il faut être prudent.

Il faut que le pouvoir songe à équiper les hôpitaux. Non seulement les centres de santé ne sont pas équipés, mais le personnel soignant est mal formé, insolent, pour la plupart des assassins qui laissent des malades mourir.

Le nouveau ministre de la santé, Pierre Dimba N’gou, hérite d’une situation très compliquée au regard de la défaillance chronique des hôpitaux et des autres centres de santé. Il se retrouve face à ce dilemme sérieux et "son sommeil semble troublé parce qu’il ne sait pas à quel moment son téléphone peut sonner pour des faits dramatiques dans les maternités et hôpitaux, tellement que le personnel soignant n’a pas eu la formation adéquate et qu’il s’est vu parachuter dans les centres de santé. Hélas, il n’y peut rien.

La Côte d’Ivoire est malade de ses hôpitaux, centres de santé et maternités. Il faut y veiller. La base de tout développement dans un pays, c’est aussi la santé publique, et cet aspect-là semble négligé par les autorités ivoiriennes. Est-il trop tard ? L’état de délabrement de ces hôpitaux, surtout les CHU qui par manque d’entretien, sont tombés en ruine et souvent dans des états de délabrement très piteux, irrécupérable qui sont devenus tous des mouroirs.

Pour le CHU de Cocody, construit avec plus de 13 étages, la quasi totalité des ascenseurs et les commodités sont tombés en panne. Sur six ou cinq ascenseurs, il n’y a que deux qui sont difficilement fonctionnels : celui du personnel qui ne peut que prendre 5 personnes et un grabataire qui peut prendre les malades et les décédés sur des brancards.

Il faut revoir tout le système sanitaire ivoirien qui bat de l’aile et dont certains ont du plomb dans l’aile.

Qu’est-ce qu’on attend pour finir les travaux de réhabilitation de celui de Yopougon ? En voilà une des raisons de "la destruction" de ces vieux hôpitaux pour les remplacer avec de nouveaux selon la norme internationale qu’exige l’OMS.

Tous les « grands malades », c’est-à-dire les personnalités, ne peuvent pas se faire soigner sur place à cause de l’insuffisance et de l’état de délabrement avancé des hôpitaux ivoiriens. On a annoncé ce matin le décès de Koné Mamadou, le président du Conseil Constitutionnel qui serait très malade. Même si c’est dans une clinique qu'il se trouve, il faut revoir l’équipement et doter les centres de santé publics ivoiriens en matériels et en médicaments pour que le citoyen lambda puisse bénéficier aussi des soins de qualité.

Prompts rétablissements au président du conseil constitutionnel et qu’on pense aussi aux autres qui n’ont pas sa posture sociale et les moyens de s’offrir des soins de qualité et qui meurent dans ces centres de santé.

                                                 Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires