Sign in
Download Opera News App

 

 

Burkina Faso: situation tendue, les militaires français en souffrance

La situation est tendue au Burkina Faso, et les militaires français déclarés personna non grata ne savent plus où donner la tête. Entre dunes de sables ou sur les pistes des vastes étendues désertiques et dans la ville, le danger est désormais partout. 


Les choses ne se passent plus comme avant au Burkina Faso pour les militaires français. Eux qui faisaient traverser les villes par des colonnes de véhicules sous les regards curieux des passants. Dorénavant les populations ne veulent plus les voir. Dernièrement, leur convoi composé d'une soixantaine de véhicules avait quitté la Côte d'ivoire pour le Niger. Un voyage périlleux qu'ils ne sont pas près d'oublier de si tôt , car bloqués par des manifestants '' surexcités ''. Après Bobo-Dioulasso le 16 novembre 2021, le convoi des militaires français a été encore bloqué par des manifestants à Kaya, une autre grande ville située à quelques kilomètres. 

Le samedi 20 novembre, la situation a failli dégénérer. Les militaires français étaient obligés de procéder à des tirs de sommation, ce qui a occasionné trois blessés. Selon certaines informations, le convoi a finalement quitté dans la nuit du 20 au 21 novembre Kaya en direction de Ouagadougou. 

Ce qu'il faut retenir des derniers événements relativement à la situation des militaires français, c'est que du Mali au Niger en passant par le Burkina Faso, les populations , parfois à travers des manifestations montrent leur hostilité à cette présence des militaires français sur leurs sols. Pour beaucoup, ce dispositif français au Sahel est inutile d'autant plus que les attaques terroristes continuent. D'autres même pensent que c'est Paris qui alimente le terrorisme dans la zone. 


Jusqu'au dimanche 21 novembre 2021, l'exécutif Burkinabé n'avait pas communiqué sur la question, se contentant la veille d'envoyer le gouverneur à Kaya comme le rapporte RFI.

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

Burkina Faso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires