Sign in
Download Opera News App

 

 

Colère de Thierry Mariani après le repentir de Macron: une excuse est-elle de trop pour l'Afrique ?

Les récentes excuses de l'actuel chef de l’état Français, Emmanuel Macron, adressées le 27 Mai dernier au peuple Rwandais pour l'implication de la France aux côtés du régime de Juvenal Habyarimana lors du génocide de 1994, ont fait réagir ce Lundi 14 Juin, Thierry Mariani, ex collaborateur de Nicolas Sarkozy, passé depuis 2019, dans les rangs du Rassemblement National (RN) de Marine Le Pen.

Pour l'ex député de la Vaucluse, l'attitude du patron de l’Élysée "abaisse la France et les Français". Pour Thierry Mariani, le repentir de Macron à Kigali "n'est que l'occasion pour certains pays de multiplier leurs accusations contre la France ".

Au-delà des enjeux stratégiques de cette attitude conciliante qu'adopte le dirigeant Français, conscient de la nécessité d'évacuer ce passif historique, qui demeure comme une fletrissure dans l'histoire des relations Franco-Africaines, la réaction de Thierry Mariani soulève la question de la justiciabilite des executifs Francais.


Depuis l'indépendance des pays Africains, dans les années 1960, la France néo-coloniale a été citée dans de nombreux scandales politiques en Afrique. De la Centrafrique à la Côte d'Ivoire, en passant par le Gabon, le Rwanda ou le Cameroun, l'implication des dirigeants Français dans les crises politiques qui ont secoués ces états, est constamment évoquée. Pourtant, aucun des dirigeants Français, n'a formellement eu à rendre compte pour son rôle joué dans une crise Africaine.


Même le procès du bombardement de Bouaké, bouclé en Mars dernier à Paris, a débouché sur un non-lieu pour les responsables Français et une condamnation à la perpétuité pour les pilotes, accusés de s'être rendus coupables des bombardements. Une simple repentance serait-t-elle de trop dans un dossier où la proximité de la France au régime genocidaire est avérée?

Ce mea-culpa, la France le doit certainement au Cameroun, au Gabon, à la Centrafrique et même à la Côte d'Ivoire où des dizaines de civils Ivoiriens ont été massacrés lors des événements de Novembre 2004, au cours d'affrontements directs avec l'armée Française.

Raoul Mobio 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

centrafrique emmanuel macron france nicolas sarkozy thierry mariani

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires