Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali: Chronique d'une instabilité interminable

Mais où va le Mali?

Le président de la Junte Mokhtar N'Daw et son premier ministre Moctar Ouane ont été arrêtés, ce lundi 24 mai par des militaires mécontents de la mise à l'écart du nouveau gouvernement de deux poids lourds de la Junte.

Cette situation qui apparait comme un coup d'arrêt dans le processus de normalisation de la situation politique au Mali, est symptomatique de l'instabilité totale qui règne dans le pays depuis de nombreuses années.

La chute du guide Libyen Mouammar Kadhafi en 2011 combiné au coup d'État militaire du capitaine Sanogo en mars 2012 sont sans doute les éléments déclencheurs de ces interminables crises que connait le Mali jusqu'aujourd'hui.

A cette époque, de nombreux rebelles Touaregs qui avaient combattu en Libye étaient revenus lourdement armés au Nord Mali où ils menaçaient de plus en plus de prendre le contrôle de cette zone où opéraient déjà de nombreux mouvements terroristes.

L'occasion leur sera donnée avec le putsch militaire du capitaine Sanogo qui renversa l'ex président Amadou Toumani Touré en 2012.

Ce coup d'État qui a provoqué une désorganisation profonde de l'appareil militaire malien a permis aux rebelles Touareg qui s'étaient alliés a certains mouvements Jihadistes de prendre le contrôle total de toute la zone du Nord-Mali.

Mais cette alliance est de courte durée puisque les Touaregs s'opposaient à l'application de la Charia dans les zones occupées.

Malheureusement pour les rebelles Touaregs, les mouvements Jihadistes réussissent à les chasser de nombreux territoires dans la zone du Nord Mali afin d'y appliquer la Charia.

Entre temps à Bamako, le nouveau pouvoir qui subit d'énormes pressions internationales, contraint le capitaine Sanogo à démissionner et à céder sa place à un civil, Diocounda Traoré, chargé d'assurer la transition qui conduira le pays a de nouvelles élections.

Mais, il y a urgence puisque les nombreux mouvements terroristes qui opèrent dans le Nord-Mali menacent de descendre sur Bamako et de prendre le contrôle total du Mali.

Face à une armée malienne impuissante, le président Diocounda Traoré se tourne vers la France afin de l'aider à chasser les Jihadistes.

Le président français ( François Hollande) accède à cette demande et en janvier 2013 est lancée l'opération Serval. Très rapidement, les Jihadistes sont chassés des principales villes du Nord Mali comme Tombouctou, Gao ou encore Kidal.

Après avoir stoppé l'expansion Jihadistes, de nouvelles élections présidentielles sont organisées et remportées par Ibrahim Boubacar Keita en septembre 2013.

L'espoir suscité à travers ces élections tournent à la désillusion puisque de nombreux mouvements de la société civile dénonce la gestion clanique du pouvoir ou encore l'insécurité chronique qui règne dans le Nord-Mali ( car malgré les opérations militaires, les jihadistes continuent d'opérer) .

En Août 2020, nouveau Coup d'État, le président Ibrahim Boubacar Keita est destitué par des hauts gradés de l'armée malienne.

Ce 24 Mai, la transition mis en place la suite du coup d'État de 2020 vient de connaître un coup dur avec l'arrestation du président de la Junte Mokhtar N'Daw et son premier ministre Moctar Ouane.

La situation actuelle du Mali est inquiétante. Grève interminable, insécurité grandissante, instabilité politique....

A quand la fin de ce cauchemar ?

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

bamako libye mali moctar ouane mokhtar n'daw

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires