Sign in
Download Opera News App

 

 

La ferraille, un domaine au multiples enjeux, un jeune nous parle !

Le fer, ce métal ductile, malléable et magnétique est le principal ingrédient de l'acier et de la fonte. Il demeure le métal le plus abondant dans les météorites ainsi que dans le noyau des planètes, comme celui de la Terre.

Présent dans la nature sous forme pure ou plus rarement sous forme d'alliage avec du nickel (5 à 18 %), le fer est d'origine météoritique mais aussi sous forme de fer terrestre dit « tellurique ». Trop rare et surtout disséminé, il est fabriqué artificiellement par l'Homme forgeron et sidérurgiste et abondamment dans certaines civilisations depuis plus de trois millénaires à partir de ses principaux minerais.

En Côte d'Ivoire, le fer est très présent dans la vie des populations. Il est présent dans les constructions, des ustensiles de cuisine, des objets d'usage quotidien, les moyens de transports en passant par les moyens de communication.

Tout objet ayant une durée de vie et des incidents de parcours, nous sommes à même de nous demander ce que devient ce fer lorsqu'il est hors d'usage. A cela, nous nous sommes intéressés aux ferrailleurs de la ville de Yamoussoukro pour en savoir davantage.

Il est 10h40 minutes quand nous arrivons à la SOPIM au carrefour non loin du centre antituberculeux de Yamoussoukro à quelques encablures du carrefour Oumé. Ici, Monsieur Souleymane Bamba est installé avec ses collaborateurs. Il est ferrailleur.

Le ferrailleur est celui qui fait le commerce de la ferraille. Et la ferraille elle-même est l'ensemble des déchets de fer, d'acier, morceaux de fer inutilisables.

Souleymane Bamba exerce ce métier depuis près de vingt ans. "Notre travail, dit-il, c'est de récupérer les fers morts. Nous nous promenons partout pour acheter ce type de fer hors d'usage que nous stockons ici pour le revendre. Nous achetons avec les petits dépôts de fer mort. Nous achetons également avec les jeunes qui viennent jusqu'à nous au prix de 50Frs le Kilogramme. Et nous revendons à une société d'Abidjan. Nous allons souvent jusque dans les villages et villes aux alentours d'ici."

Des voiture et autres engins entièrement réduits en tas de ferrailles, des appareils et autres objets métalliques démontés, sont le quotidien de Bamba et ses collaborateurs.

Le ferrailleur débarrasse notre environnement des objets métalliques hors d'usage jetés çà et là dans nos rues, nos quartiers, nos décharges et poubelles en vue de leur recyclage dans des industries. De cette façon, il contribue à l'assainissement de l'environnement.

Le métier est en pleine expansion. Ici, de plus en plus de jeunes pratiquent à plein temps ou à temps partiel cette activité génératrice de revenus. "Ce qui est certain, nous rassure Monsieur Bamba, chacun y trouve son gain même si le bénéfice est faible. Vaut mieux travailler que voler. Je conseille aux jeunes d'apprendre un métier qui les rendra libre. Vous voyez, on est plusieurs ici à travailler pour notre patron. On travaille en faisant beaucoup attention aux objets que nous manipulons. Nous nous occupons donc sainement. Avec ça, je nourris ma femme et mes trois enfants. Mon grand rêve c'est d'arriver un jour à faire moi-même, mon propre chargement et le convoyer à Abidjan."

Les avantages du métier de ferrailleur sont donc à plusieurs niveaux : au niveau environnemental ( les déchet solides (le métal)), au niveau économique et au niveau social (l'employabilité).

Puissent les décideurs aider à mieux organiser et rentabiliser ce métier, qui contribue tant au processus de recyclage du métal en Côte d'Ivoire.

Pétanlan.

Content created and supplied by: Petanlan (via Opera News )

yamoussoukro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires