Sign in
Download Opera News App

 

 

Procès des pro-Soro : la défense cuisine "à mort" le Dg de l’Anac, le témoin à charge

Le directeur général de l’autorité Nationale de l’aviation civique (Anac), Sinaly Silué était à la barre ce jeudi, 10 juin pour répondre à la citation à comparaître du Parquet. Ce passage à la barre a été un dur moment d’épreuve pour le directeur général.

Le directeur général de l'Anac, Sinaly Silué était sous le feu roulant des questions (Photos Web) 

« Quand vous avez indiqué dans votre communiqué lu à la télévision nationale, le 23 décembre au soir que c’est Guillaume Soro qui avait délibérément détourné l’avion à bord duquel il était sur l’aéroport d’Accra, qu’est-ce qui vous permet d’avoir cette certitude ? » C’est ainsi que l’un des avocats constitués pour la défense des proches de Guillaume Soro a attaqué.

« J’en ai la conviction », répond Sinaly Silué.  « Avez-vous communiqué avec le président Guillaume Soro pour savoir que c’est lui qui pilotait l’avion ? » continue l’avocat. « Non, mais pour qu’un avion puisse se détourner de sa destination initiale, seul le commandant de bord peut prendre cette décision s’il constate que son appareil rencontre un problème technique quelconque. N’ayant pas signalé de problème technique, c’est Guillaume Soro qui a certainement demandé que l’avion soit détourné sur le Ghana » répond encore le directeur général. « Si vous êtes sûr que c’est Soro, pourquoi avez-vous déclaré dans votre communiqué lu à la télévision que c’est certainement lui ? » attaque encore le praticien du droit.

Les proche de Guillaume Soro encore en attente de savoir leur sort

« Quand je dis certainement, cela signifie sûrement » réplique encore le responsable de l’Anac ! Les échanges ont continué sur ce ton sans que le témoin à charge puisse apporter le moindre élément pour étayer ses affirmations. Ce mano à mano  a continué des heures durant sans que le débat puisse évoluer sur ce point. Et pourtant, cette déclaration du directeur général de l’Anac est l’un des éléments clés de l’accusation. C’est sur la foi de celle-ci que le ministre Alain Lobognon est poursuivi pour divulgation de fausses nouvelles. Il avait organisé en effet une conférence de presse, le 23 décembre de la vague d’arrestations qui a frappé les proches de Guillaume Soro que l’aéronef que celui-ci avait affrété a été interdit d’atterrissage à l’aéroport d’Abidjan.

Finalement, malgré qu’il ait dit avoir la certitude que le déroutement de l’avion sur le Ghana était du fait de Guillaume Soro, Sinaly Silué a admis cependant l’hypothèse que le commandant de bord aurait bien pu   prendre la décision tout seul s’il estime que l’avion ou la vie des personnes à bord est menacés.

Les tous regard sont tournés vers le temple de Thémis

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la comparution du directeur général de l’Anac n’a pu permettre d’éclairer davantage le procès.

Les avocats de la défense ont obtenu du président du tribunal criminel la comparution de leurs témoins, dont Méité Sindou qui fut le président du comité d’organisation de l’accueil de l’ex-président de l’Assemblée nationale et certains responsables administratifs ayant participé aux réunions préparatoires de ce retour. Le salut pour l’éclatement de la vérité sur cette scabreuse affaire viendrait-elle de ces témoins ? Attendons de voir ! L’audience reprend le mercredi 13 juin prochain.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires