Sign in
Download Opera News App

 

 

Violente bagarre au siège du PDCI: Maurice Kacou Guikahué accusé, des jeunes réclament des sanctions

Le secrétaire exécutif du PDCI RDA, Maurice Guikahué est depuis quelque temps au cœur d’un gros soupçon.

En effet, la jeunesse du plus vieux parti de Cote d’Ivoire avec à sa tête Valentin Kouassi, accuse Guikahué d’être le principal responsable des violences qui ont eu lieu le Jeudi 22 avril dernier à Cocody, au siège dudit parti.

Selon le président de la JPDCI-Urbaine Valentin Kouassi, l’intention de cette attaque qui a fait environ 10 blessés chez les jeunes du parti, aurait été d’empêcher la réunion convoquée par le Secrétaire Exécutif lui-même. Le reproche fait à M. Guikahué, est qu’il a fait preuve d’hypocrisie. Parce que selon eux, il savait exactement ce qui s’organisait contre la réunion.

En plus de cela, le secrétaire exécutif, n’aurait pas réagi face à cette attaque dont il était témoin. Et c’est suite à des enquêtes, qu’il aurait été dit que cette attaque avait été commanditée par Guikahué, ce qui n’est pas encore vérifié. Comment un homme politique peut-il convoquer une réunion et la saboter lui-même?

Malgré tous les soupçons autour de cette affaire, valentin Kouassi et ses amis de la JPDCI ont exigé que le président Henri Konan Bédié prenne des sanctions à l’égard des véritables auteurs de cette attaque, en particulier Guikahué.

 » Nous demandons à la haute direction du Parti de tirer toutes les conséquences de ces actes qui font basculer le PDCI-RDA, parti de paix, en parti de violence par les services de monsieur Guikahué (…) Nous demandons au président Henri Konan BEDIE de sanctionner tous les auteurs de cette violence », ont-ils affirmé.

Maurice Kakou Guikahué n’est pas resté silencieux face à ces accusations. Il a tenu à rassurer que « si quelques violences arrivaient, il serait entièrement responsable en sa qualité de Secrétaire Exécutif en chef ».

Content created and supplied by: yannick1245 (via Opera News )

JPDCI Maurice Guikahué PDCI RDA Valentin Kouassi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires