Sign in
Download Opera News App

 

 

Djihadisme, Pandora Papers : trop de difficultés pour Ouattara, près d'un an après sa réélection


A sa réélection le 31 Octobre 2020, ses partisans s’extasiaient naturellement de l’opportunité historique qui lui était donnée en entamant un nouveau mandat. Un troisième matériellement comme le fait remarquer l’opposition, mais le premier de la troisième république selon le pouvoir en place.

Sauf que pour ce mandat, effectivement démarré depuis son investiture le 14 Décembre 2020, les choses se passent très différemment pour Alassane Ouattara, dont le régime doit faire face à des incertitudes dont il se serait bien passé. Les déboires ont commencé avec la disparition tragique du premier ministre, Hamed Bakayoko, le 10 Mars dernier. Le choc suscité par ce décès sera réveillé seulement deux mois plus tard, avec l’évacuation en Mai du nouveau successeur d’Hamed Bakayoko à la primature, Patrick Achi vers la France.

 

Pendant ce temps, des mouvements d’individus armés suspectés d’être des terroristes commençaient à ébranler le nord du pays. Depuis, les incidents sécuritaires liés aux activités de ces bandes armées ne s’estompent plus. Outre les attaques sporadiques contre les positions des forces armées qui restent plutôt minimes, des témoignages persistants évoquent la présence figée de groupes armés par endroits, dans les régions du Bounkani, du Bafing et de la Bagoué.

 

A cette situation inédite qui pousse des populations à déserter leurs villages pour trouver refuge dans les centres urbains comme s’en inquiétaient des chefs de communauté lors d’un colloque organisé les 16 et 17 Septembre dernier, à Bouna, par les autorités préfectorales, il faut ajouter les récentes dont ont fait l'objet certains de ses collaborateurs dans le gouvernement, tels que le ministre de la réconciliation, Kouadio Konan Bertin accusé de viol et le premier ministre, Patrick Achi cité dans l'affaire des Pandora Papers qui pour l'instant suscitent une vague de polémique autour de l'éthique gouvernementale.

 

Moins d’un an après son investiture, les incertitudes s’amoncellent pour le président Ivoirien, à qui il reste encore 4 longues années à tenir, en espérant que les choses évoluent sous de meilleurs auspices.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara djihadisme hamed bakayoko pandora papers

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires