Sign in
Download Opera News App

 

 

Marche contre la cherté de vie en Côte d’Ivoire : une offense au Chef de l’État ?

L'un des problèmes qui freinent le vrai développement des pays Africains (surtout noirs), c'est le fait que certains africains pensent que leurs présidents sont des dieux qui ne se trompent jamais. Par conséquent, nous ne devons jamais contester ou discuter leurs décisions, car le faire serait les offenser. En somme, eux seuls savent ce qui est bon pour nous et nous, nous devons subir sans broncher.

C'est malheureusement le cas de la Côte d'Ivoire. En effet, depuis quelques années, nous assistons à des augmentations fulgurantes des prix de nos denrées alimentaires de première nécessité sans que les autorités compétentes ne nous donnent des explications convaincantes. Les associations de consommateurs qui doivent prendre le taureau par les cornes sont en retrait et ne font que de brèves apparitions juste pour que nous sachions qu'elles existent (en réalité, elles n'existent que de nom). Plusieurs marches de lutte contre la vie chère on été interdites officiellement pour des raisons des raisons de sécurité (je dis bien officiellement).

La vérité est que l'interdiction des ces marches est lié au fait que le gouvernement ne veut pas reconnaitre l'échec de sa politique d'amélioration des conditions de vie des Ivoiriens. Sinon, comment comprendre que des individus comme Issiaka Diaby sont toujours libres de manifester quand ils veulent et comme ils veulent sans opposition des autorités? On serait même tenté de croire que tous ceux qui sont proches du pouvoir sont libres de manifester car ils ne sont pas des citoyens ordinaires. Et nous les citoyens ordinaires affamés n'avons pas le droit de manifester notre mécontentement car on a faim.

Dire au Chef de l'État qu'on a faim, ce n'est pas du tout l'offenser comme certains de ses militants le pensent (pourtant ces derniers ont aussi faims). La faim n'a pas de parti politique. Le chômage bat son plein et on assiste à une création de nombreux postes budgétivores et sans grand intérêt pour une population qui peine à joindre les deux bouts si ce n'est d'accentuer des difficultés déjà existantes. Comment ne pas en parler?

Si un chef commet des erreurs qui peuvent être préjudiciables pour son peuple, alors, ce peuple a le droit et le devoir de lui dire (sans violence) que certaines décisions que son chef prend, lui sont préjudiciables. C'est justement ce que les citoyens ivoiriens veulent faire ce mercredi 21 juillet 2021. Malheureusement, cette marche ne serait comme d'habitude pas du goût des autorités. En témoigne le refus de réception et d'approbation du dossier contenant le projet de cette marche citoyenne qui est un droit inscrit dans la constitution ivoirienne.

Pour finir, je voudrais dire à tous les ivoiriens que la cherté de la vie actuelle nous concerne tous concerne tous, sans exception. Chers dirigeants, réfléchissez bien à ce que vous faites à votre peuple car l'Histoire est têtue.

L'Éléphant Parleur (Satiriste ivoirien)

Content created and supplied by: AkwabaAfrik-Info (via Opera News )

côte d'ivoire issiaka diaby

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires