Sign in
Download Opera News App

 

 

N’Golo Coulibaly (HABG) : « la grande corruption est l’un des points faibles de notre pays »

La Haute Autorité de la Bonne Gouvernance (HABG), n’entend pas baisser les bras face à la corruption qui gangrène chaque jour un peu plus notre pays. Dans sa stratégie de lutte contre ce qu’elle qualifie de fléau, le Président de ladite institution, N’golo Coulibaly et son équipe ont décidé de juguler le problème à la base. Cela par l’éducation. Ainsi, ils ont fait introduire dans les curricula de formation des Magistrats la notion de la corruption et de la bonne gouvernance.

Le mardi 8 août dernier, le Président de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance , N’golo Coulibaly s’est rendu à l’Institut national de formation judiciaire, que conduit son Directeur général, Brou Bertin, pour s’enquérir des nouvelles des apprenants qui constituent la 4è promotion. Après les civilités et un suivi du cours magistral que donnait Jacques III Ochioua, directeur de la formation et de la sensibilisation à la HABG, le patron, N’golo Coulibaly s’est adressé aux apprenants. D’abord il s’est réjoui de l’adhésion des stagiaires Magistrats au projet qui leur a été soumis avant d’appeler à faire en sorte que cela soit une continuité.

Car dira-t-il la notion de corruption et de la bonne gouvernance sera introduite à la base c’est-à-dire de la maternelle à l’université. « () Il faut que vous soyez des sachants en matière de corruption car malheureusement la corruption ne s’exerce pas ouvertement. D’ailleurs il y a une expression qui a été consacrée à cela « Les dessous de table » ; cela ne se passe sur la table mais en dessous. Il vous appartient d’avoir la perspicacité d’esprit et de savoir que même s’il y a eu des opérations sous la table, il faut que vous puissiez les sortir sur la table avec la situation bien entendu de la responsabilité qui incombe à cet agent public qui s’est laissé aller à des indélicatesses… », a-t-il fait comprendre avant d’agir avec courage conformément aux conventions des Nations unies et l’Union africaine dont la Côte d’Ivoire a ratifié signées et s’armer d’une conscience et d’une probité dans cette lutte. Aussi a-t-il rassuré les auditeurs, quant à la possibilité de faire des stages d’approfondissement à la HABG.

Cela dit, le Président de la HABG, faisant comprendre la corruption est une affaire qui ne date pas maintenant, il a lancé ce message aux forts futurs Magistrats de la République « Je vous invite vraiment à prendre à bras le corps ce problème de corruption qui est l’un point faible de notre pays. Il faut que vous arriviez à combattre la corruption et les infractions assimilées ; c’est ce à quoi je vous invite. Et c’est ce pour lequel la Haute autorité dépense de l’énergie et je dis aussi le combat contre la corruption ne peut pas être le combat d’une seule entité, d’un seul homme, il faut que ce soit la nation entière ; et quand je dis la nation, les Magistrats sont en première ligne.

Parce que ce qui se passe sous la table et qui finit par remonter au-dessus de la table quand ça arrive chez vous il faut que les personnes comprennent, par des sanctions et lois qui sont prévus et qui sont précises, qu’elles n’auraient pas dû. Je vous demande donc d’aider le pays à votre humble niveau à se débarrasser de ce fléau… », a-t-il fait noter sous l’œil vigilant du Directeur de cabinet du Ministre de la Justice Sansan Kambilé et de la directrice de l’école de Magistrature Cissé Delphine.

Eugène YOBOUET

Content created and supplied by: Eugy_Yobouet (via Opera News )

corruption coulibaly faibles n’golo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires