Sign in
Download Opera News App

 

 

Un cadre PDCI rend hommage à Gbagbo : "Des ministres ont dit de me mettre en prison, il a dit non"

Dans un entretien paru dans le Nouveau Réveil, Mangoua Jacques, vice-président du PDCI, rend hommage à l’ex-président Laurent Gbagbo.

"Des ministres sont allés dire à Gbagbo, « Si on ne met pas Mangoua en prison, on n’aura aucune voix des Baoulé ». Mais Gbagbo a dit non. Il a dit « Mangoua nous a beaucoup aidés on ne peut pas lui faire ça ». Mais c’est quelqu’un d’autre qui a donné des instructions au procureur Tchimou pour organiser mon arrestation. Quand Gbagbo a été informé, il était dans tous ses états. Mais c’était déjà trop tard", a confié Mangoua Jacques au journal Nouveau Réveil.

« Je le dis humblement, lorsqu’il y a eu la rébellion, j’ai beaucoup fait pour les parents planteurs Baoulé à l’Ouest. Tous nos parents à l’Ouest, pour qu’ils récupèrent leurs plantations, pour qu’ils sauvent leurs vies, je suis toujours intervenu. Le président Gbagbo m’a reçu et je lui ai dit que nos parents Baoulé souffrent » a-t-il- rappelé 

« Le président Gbagbo m’a demandé de convoquer deux (02) mille planteurs Baoulé afin qu’il les reçoive. J’ai fait venir six (06) mille planteurs Baoulé à Yamoussoukro et le président Gbagbo les a reçus. Il a donné un milliard. Anoma Jacques, moi-même, N’da Bian ancien sous-préfet et conseiller du président Gbagbo, avons géré cet argent. J’ai la liste de tous les campements Baoulé à l’Ouest. J’ai la liste de tous les chefs de ces campements. Tous me voûent une reconnaissance incroyable. », a fait savoire Mangoua Jacques 

« Comment j’ai été jeté en prison la première fois ? Le président Laurent Gbagbo a fait un courrier au procureur Tchimou lui demandant de mettre aux arrêts les dirigeants des structures de la filière café-cacao. On les a arrêtés. Et un jour, pendant que j’étais dans mon bureau, on m’envoie une convocation de la part du juge d’instruction. Je vais à son cabinet, il regarde dans l’écran de son ordinateur, il vérifie mon identité et me dit, vous êtes sous mandat de dépôt", a relaté le vice-président du PDCI.

"Mon avocat lui demande pourquoi, il dit c’est maintenant qu’on va chercher les raisons de mon arrestation. Je suis allé à la Maca, je suis tombé malade après six (06) mois et on m’a libéré. On nous a jugés de 2012 à 2013. On finit, on dit que je n’ai rien fait. », a expliqué Mangoua Jacques, vice-président du PDCI

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

laurent gbagbo..

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires