Sign in
Download Opera News App

 

 

Président du PPA-CI : pourquoi Laurent Gbagbo mérite respect et admiration

Après dix ans de détention préventive à la prison de La Haye, aux Pays-Bas, le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goude ont été acquittés le 31 mars 2021 par la Chambre d'appel de la Cour pénale internationale présidée par le juge nigérian Eboe-Osuji.

De retour en Côte d'Ivoire, le 17 juin 2021, l'ancien pensionnaire de la prison de la CPI qu'on disait ou qu'on croyait fini pour diverses raisons, a miraculeusement réussi, en seulement quatre mois de présence en terre ivoirienne, à créer une nouvelle formation politique dont le congrès constitutif a mobilisé les 16 et 17 octobre derniers à Abidjan un monde fou venu des quatre coins de la planète.

Aujourd'hui, plus que jamais, le président Laurent Gbagbo est le leader incontesté du dernier-né des partis politiques ivoiriens : le PPA-CI. On peut ne pas partager la même idéologie que l'ancien chef d'État ivoirien. On peut même accabler Laurent Gbagbo de tous les noms d'oiseaux. Mais l'honnêteté intellectuelle, ou pas, commande de reconnaître que le fils de Koudou Paul et de Gado Marguerite est un homme politique hors norme.

Il est également d'un courage exceptionnel. Car qui mieux que Laurent Gbagbo à 76 ans révolus, et physiquement marqué par dix années d'emprisonnement, pouvait-il organiser un congrès constitutif en l'espace de quatre mois de présence en Côte d'Ivoire et obtenir le résultat qu'on connaît ? Mais l'ancien prisonnier de la CPI l'a fait. Mieux, il montre à l'envi depuis son retour au pays qu'il est encore bon pour le service.

Ses adversaires politiques en sont d'autant plus conscients qu'ils ne lésinent sur aucun moyen pour maintenir l'ancien président de la République dans une situation de précarité. Mais Laurent Gbagbo en a cure. Il a convoqué récemment les assises de son nouveau parti, le PPA-CI sans en attendre de quelqu'un. Le seul compte bancaire qu'il possède à Cocody continue d'être gelé par les tenants du régime ivoirien, tout comme sa rente viagère et autres avantages liés à son statut d'ancien président de la République.

Face à toutes ces manœuvres politiciennes visant sans doute à le fragiliser, Laurent Gbagbo demeure, bien au contraire, debout et droit dans dans ses souliers. L'ancien chef d'État ivoirien mérite respect, admiration et considération. Tout simplement. Car une personnalité d'une telle carrure politique, d'une telle probité morale, ça ne court pas forcément les rues sur le continent noir.

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

charles blé goude cpi côte d'ivoire haye laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires