Sign in
Download Opera News App

 

 

Après Kinshasa : Gbagbo, un agenda politique plein de grosses surprises

Laurent Gbagbo face à de nombreux défis

Quand il reviendra de son voyage de Kinshasa le 8 juillet, Laurent Gbagbo devrait dérouler l'agenda politique qu'il a préparé depuis Bruxelles et qu'il va réaménager en fonction des réalités constatées depuis son retour en Côte d'Ivoire le 17 juin. 

Dans cet agenda, il y a des chapitres déjà officiels comme la rencontre qu'il aura le 10 juillet à Daoukro avec Henri Konan Bédié et la visite qu'il entend rendre aux prisonniers politiques. Mais il y a surtout des chapitres inconnus. Et ce sont ces inconnus qui suscitent beaucoup de curiosités. Concernant son parti politique, les militants sont curieux de savoir les décisions qu'il va prendre pour ramener la sérénité et l'union pour plus d'efficacité. C'est peu dire d'affirmer que le Front populaire ivoirien( FPI) est très divisé. Ce n'est plus seulement en pro-Affi et pro-Gbagbo. Le retour du fondateur du parti a donné lieu de constater d'autres fissures. D'abord dans les préparatifs, on a remarqué une dissonance entre le secrétaire général Assoa Adou et le président du Comité opérationnel d'organisation de l'accueil Léon Emmanuel Monnet. Ce Comité a perdu le contrôle des opérations de l'annonce de la date du retour au départ de Laurent Gbagbo sur la terre de ses ancêtres à Mama. La date a été annoncée le 31 avril au cours de la cérémonie anniversaire de Laurent Gbagbo. Et le Comité opérationnel a été un peu pris de court. Les personnes pressenties à la sécurité et celles du protocole également. Des dissensions ont persisté jusqu'au retour. Et le 17 juin, il a été constaté un désordre et un manque de mesure interne de sécurité à l'aéroport. Dr Assoa Adou, secrétaire général du FPI


Ces faits internes au parti en ont rajouté au contexte de tension à dose de gaz lacrymogènes imposé par les autorités ivoiriennes. Et si Koné Katinan n'avait pas improvisé des conférences de presse(en Français et en Anglais)sur place, la situation aurait été plus compliquée. 


Le même cafouillage a été constaté au QG de campagne. Cela a continué à Mama. Plusieurs ténors du parti n'y ont pas été aperçus. On n'a pas vu l'ambassadeur Koné Boubacar et ses hommes. " L'absence de Koné à Mama et de bien d'autres cadres du parti est un signe de malaise au sein du parti", dit un cadre du FPI. 

Un malaise débuté depuis 2012 avec le camp Affi N'Guessan. Le divorce entre Laurent Gbagbo et Ehivet Simone pourrait aussi en rajouter à l'atmosphère délétère. De nouveaux clans se forment. Tout le monde sait qu'un groupe de cadres se trouvent autour de l'ex-Première Dame. Et depuis 2011, un autre groupe se forme autour de Nandi Bamba.Celle-ci ne joue pas officiellement un rôle politique au FPI mais la nouvelle option matrimoniale de Laurent Gbagbo fait d'elle la femme avec qui beaucoup de cadres cherchent à s'entendre désormais.

" Dès son retour, Laurent Gbagbo a pris deux décisions: retourner à l'Église Catholique et se séparer de Simone Gbagbo. Dans les jours suivants, il va prendre des décisions concernant les gens qui étaient autour de lui", confiait lundi dernier le doyen Abou Cissé. "Les gens autour de lui", ce sont des camarades de parti mais aussi les anciens collaborateurs de son cabinet présidentiel.

Laurent Gbagbo devra donc, dans les jours qui suivent, prendre des grandes décisions au sein du FPI et au sein de son cabinet personnel. 

Au plan national, les Ivoiriens attendent les pas qu'il va poser vis-à-vis du régime, notamment vis-à-vis du Président Alassane Ouattara mais aussi concernant la réconciliation nationale et l'avenir du pays. C'est ici que le régime RHDP attend le plus Laurent Gbagbo

"Ce que nous entendons vraiment, c'est le message et le projet du président Gbagbo pour la Côte d'Ivoire.C'est ça l'essentiel", rétorque Abou Cissé face au débat suscité par le projet de divorce de l'ex-Chef de l'Etat.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

bruxelles côte d'ivoire emmanuel monnet henri konan bédié kinshasa

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires