Sign in
Download Opera News App

 

 

En attendant d’être reçu par Gbagbo : Flash back sur le calvaire du peuple Wê

Le cabinet de Laurent Gbagbo informe l'opinion nationale et internationale d'une importante rencontre entre les populations Wê des régions du Guémon et du Cavally et le président Laurent Gbagbo, le samedi 28 août 2021 à 11 heures à Mama, son village natal. Lorsqu’on parle de ce peuple on ne peut s’empêcher de penser aux massacres subis lors des crises en côte d’ivoire. Pour connaitre la souffrance des Wê, il faut remonter à la crise militaro-politique  de 2002. Les rebelles cornaqués par un certain Guillaume Soro  qui avaient pris le contrôle du Nord du pays, voulaient avoir un accès au port de San Pedro. Pour cela il leur fallait ouvrir une brèche à l’Ouest du pays. Ce qu’ils ont réussi en créant deux mouvements à l’ouest : le MJP et Le MPIGO. Ce qui leur donne une surreprésentation dans les instances de discussions à Linas Marcousis, en France, en 2003. Les accords de Marcoussis ont eu le mérite de rendre le front militaire assez calme. Du reste en apparence.

Puisqu’en 2005, des  raids  de  groupes rebelles vont nuitamment réveiller les populations de Guitrozon et Petit Duékoué  dont les maisons sont incendiées, les plus chanceux qui échappaient aux flammes sont soit fusillés soit découpés à la machette. Premier acte d’une série de massacres qui vont endeuiller la région. La crise post- électorale qui a opposé Gbagbo et Ouattara a provoqué des crimes de masse. Les 28 et 29 mars 2011, les populations de l’ethnie Wê ont été prises pour cibles par des supplétifs des Forces républicaines de côte d’ivoire dont le tristement célèbre chef de guerre Amadé Ouéremi était le leader. Il purge une peine de prison à vie pour ses crimes.  Il faut noter avec la croix rouge et des ONG comme Human RIGHTS WATCH que ce sont des centaines de victimes qui ont été enregistrées.  Le dernier massacre dans la région a eu lieu le 20 juillet 2012, le camp de refugiés de Nahibly à l’intérieur de Duékoué a été attaqué par les mêmes supplétifs. Des dizaines de morts ont été enregistrés. Les victimes et parents des victimes ont saisi, à cet effet, Me Habiba Touré pour défendre leur cause devant la CPI. Faut-il le rappeler, la proximité idéologique des Wê avec Laurent Gbagbo y est pour beaucoup dans leur supplice, dès lors que Gbagbo était celui qui était dans le viseur des rebelles.   

 

Tché Bi Tché

[email protected] 

Content created and supplied by: NISSIANAELLE (via Opera News )

flash back guillaume soro laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires