Sign in
Download Opera News App

 

 

Comité national d'accueil de Gbagbo: désignation de Sa Majesté Dagbolo Saye 1er, chef Koulango

La société civile du Zanzan, particulièrement le Gontougo vient d’être honorée de la sélection de Sa Majesté Dagbolo Saye 1er Chef Suprême des Koulango de Gontougo, en qualité de membre du Comité National d’Accueil du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé.


"Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix". Romain 10: 15. C'est sous cet angle que nous entrevoyons la mission de ce messager de paix et de joie sur ses sentiers.


A l'image du chat projeté dans le vent par méchanceté et qui descend sur ses pieds sans grabuge, Sa Majesté Saye 1er contraint à l'exile après le massacre de ses chevaux avec une rare cruauté ( indice de ce qui lui serait arrivé si en homme averti par le Seigneur) et l'incendie de sa maison à Laoudiba lors de la descente des troupes de Soro Guillaume sur Bondoukou en 2011 après 11 tentatives repoussées en 2002, était loin d'imaginer qu'il serait à la fois l'objet d'idole en exile comme à son re

Rentré d’exil du Ghana, notamment chez les Ashanti dans la zone de Kumasi, où il s’est profondément instruit du management des affaires royales durant près de 5 ans, au contact de la famille du Président John Kufuor qui l’a accueilli avec les délicatesses dues à son rang, famille royale de ses hôtes appartenant à la dynastie ôyôkô, lignée dont sont issus les rois se succédant au trône des Ashanti, c’est désormais un leader traditionnel formé qui regarde les choses différemment et avec plus de hauteur à la différence de ses pairs siégeant à la Chambre des Rois et Chefs Traditionnels.

Distant de la politique mais soucieux du retour des exilés et des prisonniers de la Haye, il se tient très loin du folklore et du tintamarre exhibitionniste de gadgets royaux dorés, dans un concert de « m’as-tu vu » défiant, pour la plupart, Dieu le créateur, et par contre, coulissant dans l'abîme de tourments et de regrets, les détenteurs du pouvoir d’Etat, au moyen du fiel mielleux et séducteur grâce au langage préalablement conditionné par le réflexe des espèces sonnantes et trébucher

Pendant que la chambre des rois est au festin, que reste-t-il de la résidence da Sa Majesté Dagbolo Saye 1er à Bondoukou après le départ des lieux longtemps occupés manu militari par les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) sous l'onction des leaders de la rébellion dont Fofié Kouakou, Morou Ouattara et Wattao dit Saah Bélébélé ?


Que ceux qui s'offusquent de ce que Dapa Donacien n'applaudit jamais les actes rebelles et des assaillants, apprécient froidement les faits et fassent plutôt leur examen de conscience.

Pire, en 2021, poussant la goujaterie et l'inhumanité au paroxysme, à Bondoukou, en pleine ville, une morgue surplombe la résidence de sa Majesté Saye 1er, ami de Laurent Gbagbo, au vu et au su de l'autorité préfectorale,municipale, des députés communaux et sous préfectoraux, puis du conseil régional dirigé par le ministre d'Etat Kobenan Kouassi Adjoumani.


Par cette attitude quel message les auteurs et complices véhiculent-ils quand le terrain de l'ami de Gbagbo et autorité morale du peuple Koulango lui est dépossédé de moitié pour y entreposer des cadavres ? Et ce juste après la réception de Simone Gbagbo sorti de prison. Bref, Sa Majesté Saye 1er continue de porter sa croix en silence et sans rancune.

Dans cette période de recueillement et d’interrogation sur le sort de son ami Laurent Gbagbo et de son fils Charles Blé Goudé qui manie à la perfection surprenante la langue Koulango et ses proverbes (pour avoir grandi dans un environnement Koulango à Bodé précisément Gouméré département de Nassian et Tabagne département de Bondoukou), il aura le cœur très net lorsqu’il fut informé d’un RDV d’entretien téléphonique fixé par le prisonnier de la Haye himself.


Il se rend à Abidjan où il fut mis en contact téléphonique avec le président Laurent Gbagbo un certain 5 mai 2019 devant des témoins sélects dont votre serviteur Dapa Donacien, un inconditionnel du Chef Suprême des Koulango de Saye, autrement dit, les Koulango fondateurs des villages de l'actuelle région de Gontougo puis de la ville de Bondoukou, capitale non seulement du Gontougo, mais également du District du Zanzan.


De cet entretien d'une trentaine de minutes au cours duquel Laurent Gbagbo s'inquiétait de ses parents de Bondoukou, naquit une ferme résolution chez le Roi Saye 1er : confier le sort de son ami dans les mains du Seigneur à travers des jeûnes et prières et formulation de prière dans les temples et lieux de prière dont la seule à être médiatisée est son déplacement spécial à la Basilique de Yamoussoukro .


On remarquera surtout la présence de bosseurs dans l'ombre. C'est le cas de Mantsè Saye 1er, roi des Koulango qui partage son précieux temps entre les audiences à son peuple (civilités / règlements de conflits attraits devant sa juridiction traditionnelle), ses travaux champêtres dont il est passionné (grand planteur d'anacarde, de plusieurs hectares de tomates industrielles arrosées de motopompes), les espaces de prière adressées au Dieu vivant,


créateur du ciel et de la terre le seul Dieu devant qui tout genoux fléchit et toute langue confesse qu'il est Seigneur:Jésus, le Christ des Nations. En témoigne le symbole de sa royauté : un tabouret supplanté par un doigt pointé vers le ciel.


Une humilité qui n'a laissé Madame Simone Gbagbo indifférente. D'où la photo sur sa page facebook relookée au lendemain de son retour de Bondoukou en avril 2019. Elle pourrait démentir en cas d'erreur d'appréciation de notre part.

De passage dans un célèbre centre de prière de bonne réputation, alors que la pluie menaçait de mouiller les chaises destinées à l'accueil de milliers de chrétiens, il emballe soigneusement son pagne et se met à la tâche. L'intervention de la servante de Dieu (la bergère) n'a pu le dissuader.


Pour tout dire, lorsqu'il s'agit des affaires de Dieu, le leader se dépouille complètement de ses attributs royaux en signe de vénération de "l'Eternel des Armées" qui ne l'a jamais laissé tomber. Bref son cœur est suffisamment transformé et fortifié pour conseiller au Comité de prioriser les actions concourant au renforcement de l'Unité Nationale dans ce processus pré-post retour des acquittés de la CPI.

La société civile du Zanzan, notamment celle de Gontougo se réjouit également de l’engagement SOLENNEL pris par le Président de la République Alassane Ouattara, devant la Nation et la Communauté internationale dans le sens du retour des ex-prisonniers de la Cour Pénale Internationale (CPI).


Les ivoiriens n’ont pas à se faire peur là où ils devraient plutôt saluer cette bonne disposition d’esprit du Chef de l’Etat puis l’exhorter à en faire davantage, conformément à ses larges pouvoirs régaliens.


C’est un grand pas vers une symphonie nationale des cœurs pour l’accomplissement d’une aspiration nationale transcendant l’appartenance politique et ethnique.

Dans ce concert d’unanimisme presqu’acquis dans les subconscients, la société civile du Zanzan (dont le décor a été planté pour la première fois en 2001 sous la forme de l’ex- Forum des Décideurs du Zanzan -FODEZ) et qui œuvre inlassablement depuis 20 ans sans avoir tronqué une seule fois sa dignité et son idéal de société contre la mendicité ni la politique du ventre, entend jouer RÉSOLUMENT toute sa partition auprès de Sa Majesté Dagbolo Saye 1er à l’effet du succès de cette mission sacerdotale : l’UNITE NATIONALE.

Le seul bonheur que nous sommes en droit de contribuer à créer au bénéfice de tous les acteurs politiques sans leur consentement préalable, c'est d'affirmer haut et fort, sans peur ni faiblesse, les conditions et cadres qui préservent le SOUFFLE DE VIE à tous ( gouvernants et opposants).

Content created and supplied by: Dognimey1 (via Opera News )

charles blé laurent gbagbo soro guillaume zanzan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires