Sign in
Download Opera News App

 

 

Téhini / Crise de 2002, activités Djihadistes: Le quartier fonctionnaire jadis chic et huppé se meurt

La crise de 2002 survenue dans la nuit du 18 au 19 septembre de la même année a eu des conséquences désastreuses sur la ville de Téhini, au nord de la Côte d’Ivoire. Cette situation s’est aggravée avec les récentes activités des Djihadistes dans la région.

Selon une dépêche de l’Agence ivoirienne de presse (AIP) publiée par abidjan.net, le quartier Camp ou quartier Fonctionnaire situé au Nord de la ville de Téhini, ancien quartier chic et huppé qui faisait la fierté de ses habitants, est laissé à l’abandon depuis la crise sociopolitique de 2002.

Les dernières personnes, poursuit la dépêche, qui habitaient le quartier l’ont abandonné à cause de la présence d’une base militaire et de la précarité de la situation sécuritaire de la ville de Téhini du fait des activités des djihadistes dans la région.

Et, le chef de cabinet de la préfecture de Téhini, Boussou Franck, déplore le dépeuplement du quartier et le manque d’entretien des infrastructures par la mairie, continue de rapporter l’AIP.

En rappel du bon vieux temps, un résident à Téhini depuis 1994, Brou Casimir dit avoir la nostalgie des beaux jours de ce quartier où toute la jeunesse se retrouvait pour prendre un pot à l’hôtel Campement, ancien camp des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) aujourd’hui à l’abandon également. Ces personnes préfèrent, désormais, se retrouver en ville où elles se sentent en sécurité, la base militaire étant susceptible d’être la cible d’attaques terroristes.

Un constat est donc fait par l’agence. Sans entretien, plus de trente maisons offrent le spectacle de la désolation, abandonnées à la broussaille, repaire tranquille des reptiles.

Les anciens occupants espèrent vivement le retour de la paix et de la sécurité pour réhabiliter leurs domiciles et retourner y vivre à nouveau.

 

GRO

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

AIP Djihadistes Téhini

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires