Sign in
Download Opera News App

 

 

Visite de Léon Emmanuel Monnet au siège du FPI: Gbagbo reconnaît-t-il de facto l'autorité d'Affi?

Le président de la branche légale du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi Nguessan a échangé ce Lundi 26 Février au siège du parti à Abidjan, avec Léon Emmanuel Monnet, émissaire de l'ex chef d'état, Laurent Gbagbo.

Selon le communiqué produit par le secrétaire général de la branche légale de l'ex parti présidentiel, Issiaka Sangaré, ''Le ministre Léon Emmanuel Monnet, à sa demande, a été reçu en audience, au siège du parti, par le président du FPI, le premier ministre Pascal Affi N'Guessan. 

Le ministre Léon Emmanuel Monnet dit être venu de sa propre initiative, informer le président du parti qu'il a été désigné président du comité opérationnel d'organisation du retour du président Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire''. Bien qu'il ait indiqué être venu ''de sa propre initiative'', ce geste du président désigné du comité opérationnel d'organisation du retour de Laurent Gbagbo, rebat les cartes au FPI, et remet l'ancien premier ministre, au coeur des enjeux décisionnaires autour de l'avenir du parti. 

Marginalisé par la dissidence qui le décrie comme minoritaire, Affi N'Guessan détient avec lui, la force de la loi. Cet avantage supplante visiblement ses rivaux d'en face, qui se voient ainsi contraints de lui reconnaître cette légalité, qu'ils lui contestent depuis le congrès de Mama en 2015. Le chef, c'est lui. Si des mandataires doivent discuter au nom de Laurent Gbagbo, cela doit se faire avec l'assentiment de sa formation politique, qu'incarne Affi NGuessan. 

L'ancien ministre des mines et de l'énergie l'a compris. Et sa visite ce Lundi 26 Avril, chez l'ex porte-parole du CNT, en dit long sur la posture de son mandant, Laurent Gbagbo, qui n'a d'autre choix que de composer avec son rival, s'il tient à peser dans ses discussions avec le pouvoir en place.

Raoul Mobio 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

FPI Laurent Gbagbo Léon Emmanuel Monnet Pascal Affi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires