Sign in
Download Opera News App

 

 

Législatives à Lakota: les raisons de la défaite de Lida Kouassi

EPP Najib, le samedi 6 mars, les électeurs déjà en rangs dès 7h avant l'ouverture des bureaux de vote


Les législatives à Lakota se sont soldées par la victoire de Kouyaté Abdoulaye devant Moïse Lida Kouassi, le candidat d'EDS-PDCI. Selon les résultats provisoires publiés par la Commission électorale indépendante(CEI), Kouyaté Abdoulaye a obtenu 7303 voix contre 5090 pour Lida Kouassi. 

Au-delà des considérations mystiques relatives aux sacrifices d'animaux, au-delà des intimidations avec la prise d'assaut de la ville par des loubards et autres forces parallèles déployées par le candidat RHDP, et bien qu'il y ait eu des actes de fraude dans les centres de vote favorables au RHDP, il existe des éléments objectifs qui ont fait la différence. Ce sont l'absence du FPI des compétitions politiques depuis 2011, le fait que les populations autochtones ne se soient pas inscrites massivement sur les listes électorales, la solidarité des électeurs traditionnels RHDP autour de leur candidats, les moyens financiers du candidat RHDP, le fait que le régime ait privé Lida Kouassi de moyens financiers en bloquant ses compte bancaires de 2011 jusqu'au scrutin, la pauvreté des populations des villages et enfin quelques actes sociaux et quelques réalisations de Kouyaté Abdoulaye dans le domaine de l'éducation.

Le boycott du FPI de tous les scrutins a émoussé l'ardeur électorale de ses électeurs traditionnels qui se recrutent essentiellement dans les communautés autochtones didas. La désobéissance civile de la dernière présidentielle a accentué cette tiédeur. Les explications pour aller aux législatives après le boycott de la présidentielle n'ont pas convaincu un certain nombre de villageois. En revanche, la présence constante du RHDP sur le terrain a consolidé son électorat traditionnel et grignoté un peu l'électorat du FPI.

Beaucoup d'habitants des villages n'ont pas de pièces d'identité et ne se sont inscrits sur les listings. Ceux qui y étaient inscrits mais n'ont pu prendre leurs cartes d'électeurs se sont crus disqualifiés pour voter. Tout le monde n'a pas eu les informations qu'on pouvait avoir les cartes d'électeurs dans les bureaux de vote. 

La solidarité et la détermination des militants et sympathisants RHDP ont été perçues dans les bureaux de vote de l'EPP Najib et l'école coranique.Des aveugles et des paralytiquee ont été conduits dans les bureaux de vote. En revanche dans les villages, des électeurs prétextants d'etre malades sont restés à la maison.

Certes cette fois, les populations des quartiers Dioukabougou ne sont sortis très massivement mais ceux qui sont allés voter étaient bien plus nombreux que ceux des villages Didas. Et puis ils n'ont point cédé le moindre suffrage au candidat Lida Kouassi. En revanche, des électeurs des villages ont voté pour le candidat Kouyaté. On a eu deux peuples deux comportements. Le peuple du Nord est resté soudé autour du frère et le peuple Dida s'est divisé. C'est ici qu'a joué l'argent. Le candidat RHDP est entré dans les villages avec de fortes sommes d'argent qu'il a distribuées aux chefs de villages et à certains jeunes.  

Le fait que Lida Kouassi ait passé 7 ans des 10 ans du pouvoir RHDP en prison et ses comptes bloqués ont ete très préjudiciables. Cela ne lui a pas permis d'aller vers les populations jusqu'à l'annonce des législatives. Et le manque de ressources beaucoup contrarié sa campagne. Privé de moyens, il n'a compté que sur de bonnes volontés qui ne se sont pas vite manifesté. Il n' a pas pratiquement pas fait de précampagne.

La mévente du cacao ayant rendu les populations très vulnérables,en cette période électorale, beaucoup ont trouvé une occasion pour avoir quelques billets de banque. Au point où le discours qui n'est pas accompagné de dons en numéraire est passé difficilement.

En revanche, le député sortant a distribué partout de l'argent. Il y a eu des "mangeurs" électoraux mais aussi des personnes qui ont déjà quelques avantages avec le député sortant et qui espèrent en avoir encore après les élections. 

Enfin le député sortant, profitant de sa qualité de chef de cabinet de la ministre de l'éducation nationale a fait recruter des jeunes en qualité d'instituteurs. Il a aussi orienté vers des villages la réalisation par l'Etat de la construction d'écoles. Très malin, il a fait débuter des chantiers à quelques mois des élections. Aussi des villages ont craint que ces chantiers ne s'arrêtent si le candidat RHDP n'est pas élu. Ce chantage indirect a impacté le vote dans certaines circonscriptions. Le discours selon lequel "un député ne construit pas école mais est là pour voter des lois est certes vrai mais ne passe pas pour les villageois.

Dan Opéli de retour de Lakota

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

cei epp najib lakota lida kouassi rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires