Sign in
Download Opera News App

 

 

De 1990 à 2021, plus de 130 partis politiques sont nés : tout cela concourt-il au bien-être du pays ?

Le but principal de la politique étatitque est de lutter pour les intérêts d'une nation. Cela sous-entend que la consititution redigée par les autorités compétentes doit profiter à tous les individus qui vivent sur le territoire national. En Côte d'Ivoire, la politique est exercée par tout le monde depuis que le président Houphouët Boigny a accepté le multipartisme en Côte d'Ivoire.

Le 28 octobre 1990, la première élection présidentielle organisée sous le multipartisme voit le jour. Elle s'est déroulée entre le PDCI-RDA d'Houphouët et le FPI de Laurent Gbagbo, créé en 1982. Le PDCI l'a emporté sur le FPI. Toutefois, ces élections furent le début d'une liberté d'expression politique très complexe pour la suite des temps car plusieurs partis politiques vont naitre.

Le multipartisme a donné la lattitude à tout citoyen ayant les aptitudes pour gérer un Etat de créer librement son parti politique dont la vision et les militants aideront à le conduire à la magistrature suprême de la Côte d'Ivoire. De 1960 à 1985, la Côte d'Ivoire était gérée par le parti unique. En 1990, le multipartisme nait. De 1990 à 2021, la Côte d'Ivoire recense plus de 130 partis politiques dont trois partis principaux qui sont le PDCI-RDA, le FPI et Le RHDP.

Si on analyse de façon pertinente, on voit qu'après 1990, les élections présidentielles en Côte d'Ivoire n'ont pas connu un déroulement très apaisé. Il y a toujours un petit contencieux électoral qui oppose les partis. Cela crée des tensions qui dégénèrent en troubles socio-politiques, pourtant tous les partis politiques prônent le bien-être de l'Etat.

En réalité, il ne devrait pas avoir de guerre de succession entre les différents partis dont l'ojectif est de diriger les institutions de l'Etat pour assurer une vie meilleure aux populations. Il n'existe pas de parti politique qui affirme que sa mission est de faire souffrir son pays; tout plan d'action politique est toujours favorable à l'Etat et à ses citoyens.

En Côte d'Ivoire, tous ces partis politiques ont pour but de faire élir leur leader, ce qui est normal. Toutefois, les scrutins présidentiels ne connaissent pas une réalisation heureuse. Il y a des mésententes entre partis, entre leaders et militants.

De 1990 à 2021, la Côte d'Ivoire a conçu plus de 130 partis politiques. Au vu de tous les troubles qui naissent lors des élections, une question nous vient à l'esprit: est-ce que les 130 partis politiques ivoiriens concourent au bien-être du pays? Le multipartisme n'est-il pas venu déranger la stabilité politique ivoirienne?

Ne pas vouloir du multipartisme, c'est faire place à un empire, une monarchie. Le pays n'a pas l'air de bien se porter, surtout à l'approche des élections en Côte d'Ivoire. On constate aussi que le grand nombre des partis politiques n'est pas le problème pour lequel il y a des tensions, quoique cette idée n'est pas à négliger. Le respect des textes législatifs est la seule chose qui peut tranquilliser un pays et ses élections. La Côte d'Ivoire serait peut-être mieux si elle avait moins d'hommes politiques et de partis. Mais, elle irait encore bien mieux si les lois étaient normalement appliquées lors du déroulement des élections présidentielles.

Content created and supplied by: Soldatduciel (via Opera News )

Côte d'Ivoire Houphouët Boigny

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires