Sign in
Download Opera News App

 

 

Afrique / politique : A quand la fin des coups d'État ?

Après la longue période de colonisation, les pays africains ont accédé à l'indépendance politique pour certains et à l'indépendance politique et économique pour d'autres. Dans les deux cas de figure, les gouvernants ont toujours juré respect des lois fondamentales. Mais qu'en est-il en réalité ?

En effet, l'Afrique, riche de ses ressources naturelles et humaines, est le plus souvent déstabilisée par des phénomènes naturels mais aussi et surtout par les actions des humains dont les coups d'État et les assassinats ici et là. Par exemple au Liberia, en Centrafrique, en RDC, au Burkina Faso, au Mali, au Ghana, en Côte d'Ivoire... et aujourd'hui en Guinée Conakry. Pourquoi alors ces situations déstabilisatrices?

Plusieurs raisons seraient à l'origine. Dans nombre de cas, c'est la loi de << il faut qu'il dégage pour que je m'asseye >> . En d'autres circonstances, il est question qu'on veuille le pouvoir pour servir une puissance étrangère. Et dans bien de cas, c'est un soulèvement populaire ou de groupe qui chasse bien des chefs d'État qui pour la plupart sont pris au piège par leur discours d'avant leur gouvernance.

Ces différents coups le plus souvent soutenus par des parrains visibles ou invisibles ne manquent pas de condamnation. Telle une scène de théâtre, l'on se succéde devant les écrans ou aux micro radio pour tenir des discours discordants.

Cependant, en toute chose, que le coup ait des raisons valables ou pas, on note que ça crée un retard quant au développement du continent africain. Toutefois, pour normaliser cette situation dégradante, tout dirigeant africain devrait avoir une vision centrée sur son peuple et non sur l'extérieur, respecter la loi fondamentale de son pays et honorer les engagements pris lors de sa prise du pouvoir d'État. Sinon, René DUMOND, aura éternellement raison : << l'Afrique noire est mal partie >>, disait-il.


RigobertKohou

Content created and supplied by: RigobertKohou (via Opera News )

conakry

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires