Sign in
Download Opera News App

 

 

Nouveau parti / Député Dago : "notre héritage se trouve dans les œuvres de Gbagbo"


La mise en route du nouveau parti de Gbagbo dont l'assemblée générale constitutive est prévu pour début octobre, est certainement rentrée dans sa phase active. Et pour cet autre rendez-vous historique de la gauche ivoirienne, la jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI), du moins celle qui est restée fidèle au président Gbagbo, a décidé d'assumer sa part d'engagement, sans calcul, comme dans tous les combats antérieurs. C'est, en effet, la substance de la si dense intervention de l'honorable Dago Auguste, jeune député de la circonscription électorale de Hiré-Zego, qui assurait le coparrainage de la dernière assemblée générale de la Jeunesse proche de Gbagbo, en tant que JFPI, ce samedi 11 août, à Yopougon Azito. La séparation ayant été actée, en août dernier, par l'annonce de la création d'une nouvelle formation politique par leur mentor. "Le bonheur ne se décrète pas, tout comme ne se décrète pas la liberté. Chers camarades, croyez-moi, la liberté a un charme. Et son charme réside nécessairement dans le fait qu'elle constitue pour les peuples et les nations une conquête permanente." A t-il lancé d'entrée pour annoncer les nouveaux défis qui attendent encore cette jeunesse qui capitalise, au moins trois décennies de lutte que, l'orateur, témoin de ces joutes a articulé en trois phases : l'opposition, l'exercice du pouvoir et la libération du président Gbagbo. Chaque phase ayant été marquée par des épreuves sans précédent dans l'histoire de la lutte politique d'une jeunesse de parti, en Côte d'Ivoire. Des défis chaque fois relevés avec la même détermination que lui envie les autres formations politiques. Comme il l'a d'ailleurs souligné pour saluer l'endurance de ses camarades de lutte." Ce que notre génération a connu comme adversité en 2011 était la forme la plus achevée d'une dictature à relent de répression violente que l'histoire récente de notre pays n'avait jamais connu. Le projet était de décapiter le FPI...les moyens et les hommes avaient été trouvés pour la salle besogne. Face à cette bourrasque, il s'est trouvé une jeunesse qui s'est dressée comme un fou ( c'est de cette façon que l'on nous désignait)." Ainsi, pour l'honorable Auguste Dago,la jeunesse proche de Gbagbo est constamment engagé dans la lutte. Mais pas n'importe laquelle."Chers camarades, c'est avec assurance que nous parlons lorsque nous disons que hier, l'allure et la trajectoire de notre lutte est restée fidèle et loyale aux idéaux de Jean Jaurès. Hier nous avons marché dans les pas d'Harris Memel Foté ; hier nous avons partagé le rêve d'Aboudraman Sangaré. Hier nous avons été du meilleur côté de l'histoire." A-t-il précisé pour rappeler aux uns et aux autres la ligne de leur engagement dans ce contexte de tiraillements idéologiques à l'origine de l'initiative du chef historique des frontistes de créer un autre parti. Une initiative qui appelle, du reste, une ferme profession de foi de la jeunesse, convoitise des différentes bretelles d'un FPI en déconfiture. Et son choix est net."Alors que face à l'opacité orchestrée par la nouvelle race de politicien, la perspective de renouvellement de l'offre politique socialiste en Côte d'ivoire s'impose comme un principe normatif, des contrebandiers d'une autre époque tentent de noircir la ligne de notre trajectoire. Mais notre héritage se trouve dans les oeuvres de Gbagbo, Sangaré,Memel Foté." Voilà qui est clair, dans ces moments de tâtonnements.


Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires