Sign in
Download Opera News App

 

 

Soro révèle d'où vient son amour pour les cigares : "c'est le président Bedié qui m'a formé"

L'ancien président de l'assemblée nationale et ex Premier ministre de la Côte d'Ivoire, Guillaume Soro, vit des instants pas très reluisant.

Ce dernier, en exil depuis 2019, a été condamné à perpétuité en juin dernier pour complot", "tentative d'atteinte contre l'autorité de l'état. Il a aussi vu sa formation politique GPS, Générations et Peuples Solidaires, être dissoute par la justice ivoirienne.

Même loin de sa terre natale et croulant sous le poids d'ennuis judiciaires, Guillaume Soro ne manque point de continuer à donner des signes entre gestion des brouilles entres ses ou analyses de l'actualité politique sur ses réseaux sociaux.

En ce dimanche 3 octobre 2021, Guillaume Soro, dans sa méditation dominicale, a eu une grosse pensée pour l'un des "Dinosaures" de la politique ivoirienne à savoir l'ancien président de la République et président du PDCI-RDA, Henri Konan Bedie.

Guillaume Soro :

" Ce matin, réveillé fort tôt, je ne sais ce qui me pousse à penser au Président Henri Konan Bédié. J’ai ressenti un désir profond de m’exprimer sur ce qu’il m’inspire. Une très forte pensée pour lui. Il m’arrive quelquefois, comme ça dans ma vie, qu’à mon réveil et aux premières heures, quelques inspirations me viennent. Alors je saisis un stylo et je griffonne quelques phrases en vrac. Et aujourd’hui curieusement, c’est au Président Henri Konan Bédié que je pense. Il me manque et je ne saurais dire pourquoi. "

L'expression de cet amour pour Henri Konan Bedie est fonction d'une relation de longue date et marquée par de nombreuses péripéties entre les deux hommes allant de l'époque estudiantine de Guillaume Soro jusqu'à aujourd'hui.

Cette relation a été aussi marqué par une véritable anecdote qui a participé à solidifier l'amour des 2 hommes pour un plaisir mondain celui de l'amour des cigares

"Alors, un autre jour que j’étais son hôte et qu’il me proposait un cigare pour fumer, je fis poliment un « non » de refus de la tête, surpris qu’il me propose de fumer alors que je ne l’avais jamais fait. Je considérais qu’il serait malséant et impoli de fumer un cigare devant un homme d’Etat et dont le dernier fils est un aîné. J’étais gêné. Il me regarda et esquissa un sourire, son cigare en coin à la bouche. Alors, il me dit ceci « Pourquoi hésites-tu ? ». De guerre lasse devant l’insistance du doyen, Je finis par prendre le cigare tout en ne sachant pas comment le fumer. Or c’est tout un art. Et le Président Bédié entreprit de me l’enseigner. Il coupa lui-même mon cigare, sortit son briquet et me le tendit.

Maladroitement, j’échouai à l’allumer. Il me confia qu’il fallait l’allumer avec délicatesse comme si on séduisait une jeune dame et enfin qu’il fallait savourer la senteur buccale du palais. Je dois avouer que pour le premier cigare, j’étais à la peine. Voyant mon trouble, le Président Bédié me conseilla de m’y prendre plus calmement et élégamment, chaque fois que je le pourrais. Il me fit offrir des cigares par les mains d’un collaborateur

(...)Quant à moi, je viens de vous le dire, c’est le Président Bédié qui m’a formé. Dans ce genre de choses on ne pose pas trop de questions. On apprécie mieux les saveurs de la vie en ne troublant pas la quiétude de ses semblables. Mon anecdote sur le cigare n’est nullement une invite à imitation car fumer le cigare est dangereux pour la santé. Mais c’est un pan d’histoire et un brin d’intimité que je me plais à raconter. Il s’y cache la subtile sagesse de la dégustation patiente de la vie, à mon humble avis."

Autant dans certaines de nos régions l'alcool est symbole d'union, autant certaines amitié se développent autour de l'alcool, la relation Guillaume Soro et Henri Konan Bedie a connu un encrage fort autour de la consommation de cigare. Une consommation de cigare autour de laquelle Guillaume Soro a appris de son aîné la dégustation patiente de la vie.

Aimé.Y

Content created and supplied by: Aimé.Y (via Opera News )

henri konan bédié soro soro révèle d'où

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires