Sign in
Download Opera News App

 

 

Sanctions contre le Mali: La Côte D'Ivoire et le Sénégal économiquement touchés !

L' évolution de la situation politique de Bamako (capitale du Mali) est au centre d' énormes remous politiques sur la scène internationale. En clair, la Communauté Économique des États de l' Afrique de l' Ouest (CEDEAO) et l' Union Économique et Monétaire Ouest- africaine (UEMOA) ont infligé une panoplie de sanctions vigoureuses à la République du Mali lors d' une session extraordinaire tenue le Dimanche 09 Janvier dernier dans la capitale Ghanéenne. En visite officielle au Gabon ce lundi 17 Janvier 2022, le président Ivoirien Alassane Ouattara a dévoilé les difficultés économiques que traversent la Côte d'Ivoire et le Sénégal

Le président de la République de Côte d' Ivoire Alassane s' est toujours opposé à la volonté des militaires maliens de tenir la magistrature suprême sur une longue durée. Cela dit, après l' établissement du chronogramme électoral fait par le colonel Assimi Goïta et son gouvernement au sortir des Assises Nationales de Refondation (ANR), le président Alassane Ouattara a estimé que cette initiative est non conforme aux règles qui régissent la transition. Il a même traité ledit chronogramme de " plaisanterie" lors d' une rencontre tenue dans la première semaine du mois de Janvier entre le président Ivoirien et le chef de la diplomatie Malienne à Abidjan (capitale économique de la Côte d' Ivoire).

Une information livrée par le magazine panafricain Jeune Afrique indique que le président Ivoirien Alassane Ouattara a écouté en silence ses interlocuteurs jusqu' à la fin de leurs interventions respectives, avant de taxer ce chronogramme de plaisanterie, leur demandant ouvertement dans quel monde ils pensaient vivre. Il a opposé un non catégorique à ce plan de sortie de la transition, précisant que le Mali s' exposait à de sévères sanctions économiques sur le plan international» . Le chef du pouvoir exécutif Ivoirien Alassane Ouattara a demandé aux autorités Maliennes présentes à ladite rencontre de refaire un autre calendrier électoral au risque de plonger le Mali dans une éventuelle embuscade diplomatique et économique pouvant déstabiliser les institutions du pays.

Le nouveau chronogramme électoral rapidement établi par la transition Malienne le 08 janvier dernier indiquant que les présidentielles se tiendront au plus tard en 2024 a également été rejeté et jugé déraisonnable par la CEDEAO présidée par président Ghanéenne Nanan Akufo- Addo. Suite au sommet extraordinaire d' Accra, une série de sanctions ont été prononcé contre le Mali pour avoir présenté un calendrier électoral unilatéral. «La Cédéao a décidé de fermer les frontières avec le Mali au sein de l' espace sous- régional et de suspendre les échanges commerciaux autres que les produits de première nécessité. Elle a aussi décidé de couper ses aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l' Afrique de l' Ouest (BCEAO). Les pays membres vont rappeler leurs ambassadeurs au Mali, théâtre de deux coups d' Etat militaires depuis 2020 et en proie à une profonde crise sécuritaire» , a annoncé le président de la commission de la CEDEAO, monsieur Jean Claude Brou Kouassi, par ailleurs ministre Ivoirien de l' industrie, au sortir du double sommet d' Accra.

Ce Lundi 17 Janvier 2022, lors d' une conférence de presse à Libreville (capitale du Gabon), où il a rencontré son homologue Ali Bongo Odimba, le président Ivoirien Alassane Ouattara s' est prononcé sur l' évolution de la situation politique au Mali en estimant qu' il est déraisonnable qu' une transition se maintienne au pouvoir pendant 5 années. Pour lui, cela est inadmissible, surtout quand il s' agit d' un pays démocratique. «Il est inacceptable qu' un régime militaire reste en place un quinquennat» , a déclaré le président Alassane Ouattara. Poursuivant son allocution, il a fait savoir à l' ensemble des populations de la sous- région Ouest- africaine que «nous avons tout fait pour que les autorités militaires du Mali organisent des élections dans des délais convenables, c' est à notre corps défendant que nous avons mis ces sanctions en place» .

Les conséquences des sanctions imposées par la CEDEAO au Mali en Côte d' Ivoire et au Sénégal

Le président Alassane Ouattara a souligné «les conséquences des sanctions imposées par la CEDEAO au Mali font d' emblée leur entrée dans les archives. En effet, la situation des populations est difficile aussi bien au Mali que dans les grands pays voisins, tels que le Sénégal et Côte d' Ivoire» , a- t- il déclaré avant d' ajouter que « notre souhait est que la situation se normalise au plus tôt possible» .


PeoPolitique

Content created and supplied by: Peopolitique (via Opera News )

alassane ouattara bamako côte d'ivoire gabon mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires