Sign in
Download Opera News App

 

 

Boga Dago (chef de village) désavoue le Roi Tanoé et explique ce que devrait faire la Chambre

La déclaration de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels de Côte d'Ivoire, datant du 3 juin dernier en rapport avec le retour “triomphal” du Président Laurent Gbagbo continue de faire couler beaucoup d'encre au sein des têtes couronnées. Après Tohe Blaise, président de l'Union des chefs traditionnels de la région du Guémon, Dagbolo Saye, Chef des Koulangos et Nandjui Djorogo Séverin qui estimaient ne pas reconnaître la déclaration de Nanan Amon Tanoé, c'est au tour de Joachim Boga Dago alias Boga Sivori, Chef du village de Gnalégribouo, (localité située à environ 25 km au sud de Gagnoa) à qui nous avons tendu notre micro ce mercredi 9 juin, de réagir sur la question. Pour lui, cette sortie du Roi Tanoé « n'est pas digne de leur Institution », en ce sens que cette déclaration n'a pas fait l'objet d'un consensus au sein de tous les chefs de village. 

« Voyez-vous, nous sommes les gardiens de la tradition, de nos us et coutumes. Ce n'est pas seulement en Côte d'Ivoire mais aussi en Afrique. Quand vous avez votre fils qui sort de prison, même s'il a tué quelqu'un et qu'il a été condamné, et qu'il a fini de purger sa peine et qu'il sort de prison, vous l'accueillez. Vous le lavez, vous exorcisez le mal, vous le purifiez et vous le bénissez. À plus forte raison, dans le cas présent. Le Président Laurent Gbagbo a été acquitté, innocenté, blanchi par la justice internationale. Il a été a démontré devant le monde entier qu'il n'a rien fait. Nous devons être fier de lui. Il mérite encore plus qu'on l'accueil à bras ouverts, qu'on le bénisse, qu'on le purifie. Quand un Chef, un Roi dit “on ne peut pas aller l'accueillir”, c'est choquant et c'est en contradiction avec nos traditions. Ce n'est pas digne de notre Institution » a déclaré le Chef de Gnalégribouo. Puis d'expliquer ce que devrait faire la Chambre des Rois et Chefs traditionnels en pareille circonstance. Selon ses explications, cette Chambre serait divisée en deux entités : la Chambre des Rois elle-même et le directoire. 

« La Chambre des Rois et Chefs traditionnels est constituée de deux entités. Il y a d'abord le directoire qui a pour président le Roi Tanoé. Ce directoire est composé de 35 personnes. Ces 35 personnes constituent un représentant par région. La deuxième entité, c'est la Chambre des Rois elle-même. Elle est composée de représentants par département. Aujourd'hui, c'est seulement le directoire qui est installé. Mais ceux qui doivent composer la Chambre, ils ont été désignés dans les départements mais on les a pas encore installé » a-t-il fait savoir. Puis poursuit-il en expliquant que « si la Chambre était installé, le fonctionnement aurait voulu en pareille circonstance, il faut avoir recours à la base. On informe donc les membres de ma Chambre qui à leur tour, vont sur le terrain pour informer les chambres départementales. Et la décision doit venir des chambres départementales. C'est la synthèse, de tout ce que pense les Chambres départementales qui doit faire l'ossature de la déclaration. Dans le cas pareil, pour que le rois Tanoé fasse une déclaration, il devrait saisir les représentants des régions, qui eux doivent saisir les chambres départementales. Et à partir de cet instant, on doit faire des assemblées générales au niveau départemental pour avoir l'avis des chefs à la base. C'est cet avis qui remonte au directoire. Ce n'est pas ce qui a été fait. Ce que vous avez vu, c'est la déclaration de quelques individus qui se sont assis entre 4 murs pour pondre une déclaration au nom des Chefs et Rois traditionnels. Ils ne sont que 35. À Gagnoa seulement, nous sommes 165. Donc il ne peut pas être représentatif de l'ensemble des Chefs de village » conclu Boga Dago. 


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

boga dago côte d'ivoire laurent gbagbo nanan amon tanoé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires