Sign in
Download Opera News App

 

 

Cherté de la vie : populations, organisations de consommateurs...Qui doit faire bouger les lignes?

Photos/ Devant la cherté de la vie le PM Achi est descendu sur le terrain pour savoir ce qui se passe

La cherté de la vie touche les ivoiriens. Dans leur ensemble, ils se demandent qui pourrait les sauver de la situation. Et pourtant le pouvoir est entre leurs mains.

 Dans cette montée des prix des denrées sur le marché, on ne sait pas vraiment qui est à l'origine. Les petits vendeurs du marché accusent les fournisseurs. Ces derniers accusent l'État. L'État aussi accuse le marché international.

Mais dans cette chaîne, ce sont les plus petits ménages qui en souffrent. Bien que sans grands revenus, ils constituent le plus nombre de consommateurs. Ils ont donc le pouvoir de faire changer la donne puisque cette population constitue dans la pyramide des consommateurs, la plus grande. 

Seulement que cette frange de populations a peur des représailles du politique qui pourra agir avec vigueur quand il y a manifestations. Et pourtant, le changement passe par là.

 D'où l'idée des marches éclatées de certaines organisations de la société civile pour appeler l'opinion publique à agir en faveur des plus faibles.

Depuis cette montée des prix, on l'avait dit, des Ivoiriens y prêtaient peu l'attention. Mais aujourd'hui, les populations sont prises par la gorge. Il est difficile aujourd'hui de manger convenablement dans les petits ménages parce que le marché exclut complètement les pauvres. Progressivement le ton monte et la colère populaire se prépare petit à petit.

Les organisations des consommateurs qui sont à tort ou à raison accusées de jouer le jeu avec les pouvoirs publics commencent à se réveiller parce qu'il s'agit là de la survie de leurs associations mais aussi de la vie de leurs familles.

Les médias prennent le sujet de la cherté de la vie à bras le corps pour faire comprendre aux Ivoiriens ce qui se passe réellement. Même si pour l'instant, ce sont les médias privés qui en ont fait leur sujet de débat, beaucoup restent à faire pour que les choses changent. Grâce à la force des réseaux sociaux, les lignes commencent à bouger.

Au plus haut sommet du pays, le premier ministre est récemment descendu sur le terrain pour savoir ce qui se passe dans nos marchés. Il sait pertinemment que rien ne peut arrêter la colère d'un peuple. Et comme on le dit couramment, un peuple qui a faim n'est pas un peuple libre, le PM Patrick Achi essaie à sa façon de baisser le mercure en rentrant dans la chaîne de fourniture d'aliments pour comprendre ce qui se passe.

Mais comme on le voit, tout urge. Il faut pallier au plus pressé en mettant fin à l'augmentation des denrées alimentaires et sévir contre les mauvais grains qui sont dans le commerce en Côte d'Ivoire. C'est là que les Ivoiriens attendent leurs gouvernants.

José TETI

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires