Sign in
Download Opera News App

 

 

Gbagbo et Soro lui mettent la pression,Ouattara achète des équipements militaires à 13 milliards CFA

20 millions d'euros, soit l'équivalent d'un peu plus de 13 milliards de FCFA. C'est le montant de l'opération financière consentie par l'état Ivoirien pour l'acquisition de 150 à 160 véhicules militarisés, dont certains blindés au profit de la gendarmerie nationale, auprès de la société Espagnole, Technology and Security Developments (TSD).

Cette opération révélée par Africa Intelligence dans sa parution de ce 28 Juin, est pilotée par le ministère Ivoirien, avec à sa tête le ministre Tene Birahima Ouattara.

Toujours selon les confidences livrées par le confrère, le contrat déjà conclu, fait actuellement l'objet de "négociations serrées entre les services du ministre de la défense, Tene Birahima Ouattara et la Banque Espagnole, Santander", en vue de son financement sous forme de crédit-export.

Ce qui impliquerait l'intervention de la banque en tant qu'Agence de Crédit à l'Exportation (ACE) pour couvrir les risques commerciaux et souverains, pouvant survenir dans l'exécution du contrat. Cet investissement, faut-t-il le noter, intervient dans un contexte politique et sécuritaire tendu, marqué par la hausse des attaques contre les positions des forces armées Ivoiriennes dans le nord du pays, et l'optique d'un face-à-face inévitable entre le régime en place à Abidjan et deux de ses opposants les plus farouches, en l'occurrence, Laurent Gbagbo et Guillaume Soro.

Rentré de son exil politico-judiciaire le 17 Juin dernier, l'ex chef d’état multiplie les déclarations, affichant la posture de "soldat mobilisé" qu'il revendique, prêt à mener le combat pour reconquérir le fauteuil présidentiel.

Pour sa part, son ancien premier ministre, Guillaume Soro, en exil depuis le 23 Décembre 2019, se signale aux portes d'Abidjan, à travers un tweet, publié dans la soirée de ce Mardi 29 Juin.

Ces équipements achetées à coups de milliards serviront-t-ils, en outre, à prévenir d'éventuels débordements liés à l'activité politique de ces différentes personnalités politiques, écartés de la course à la présidentielle d'Octobre 2020 par le Conseil Constitutionnel ?

Entre le front au nord, et les tensions sociopolitiques au sud, ces engins devront bien être utiles.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires