Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali: Le Colonel Assimi Goïta en difficulté dans le dossier des soldats Ivoiriens arrêtés au Mali

Les dirigeants de la CEDEAO présents à New-York dans le cadre de 77ème Assemblée générale de l'ONU, se retrouveront ce jeudi à 26h30 heure locale, dans un sommet extraordinaire pour se pencher sur le cas des soldats Ivoiriens injustement détenus au Mali.

Accusés par les autorités judiciaires maliennes de graves chefs d'accusation, des valeureux soldats Ivoiriens sont écroués dans les prisons maliennes et attendent leur jugement. A Abidjan, des voix se sont levées pour dénoncer cette arrestation infondée et injustifiée et ont réclamé la libération immédiate et sans conditions de leurs soldats. Trois mois après, rien, l'on constate que les positions se durcissent de part et d'autre malgré la médiation du président Faure du Togo. Assimi Goïta et ses hommes à la surprise générale réclament l'extradition d’anciens dignitaires maliens résidant en Côte d’Ivoire, pour libérer les soldats Ivoiriens. Demande rejetée avec fermeté par les autorités ivoiriennes << cette demande confirme, une fois de plus, le fait que nos soldats ne sont, en aucun cas, des mercenaires mais plutôt des otages. Le conseil National de Sécurité considère ce chantage comme inacceptable et exige la libération, sans délai, de nos 46 soldats. >>, et par la même occasion elles ont saisi la CEDEAO pour qu'elle s'implique officiellement dans ce dossier qui met en mal la relation diplomatique entre ses deux pays frontaliers.

Bien avant ce sommet extraordinaire de la CEDEAO, de hautes personnalités dont les voix portent ont pris position en faveur de la Libération des soldats Ivoiriens, notamment le secrétaire général de l'ONU qui dans un interview accordé à la chaîne Internationale RFi affirmait que les 46 soldats ivoiriens détenus au Mali n'étaient pas des "mercenaires", contredisant ainsi les autorités maliennes. Allant dans le sens de Antonio Guterres, le chef de l'État bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo qui préside actuellement la Cédéao, au micro de RFI n'est pas passé par quatre chemins pour fustiger les autorités maliennes et même leur donne sa position " Moi, je pense que ce ne sont pas des mercenaires. On vient de voir, avant-hier, la déclaration du Secrétaire général de Nations unies qui dit que ce ne sont pas des mercenaires. Moi, à la place des Maliens, j’aurais relâché ces 49 soldats"

Ces deux sorties de ces hautes personnalités montrent clairement la position de la communauté internationale dans ce épineux dossier. Assimi Goïta risque de sortir la tête basse alors que le président Allassane Ouattara qui est resté calme et qui à user de son vaste réseau relationnel sortira grand et fort avec sûrement la libération de ses soldats.

Content created and supplied by: L'[email protected] (via Opera News )

cedeao mali togo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires